Plein écran
© Photo News

Plus de 50 vols de rapatriement de vacanciers de Thomas Cook prévus dans les trois prochains jours

Plus de 50 vols de rapatriement des vacanciers du voyagiste Thomas Cook tombés en faillite sont prévus dans les trois prochains jours, indique vendredi le Fonds de garantie voyages sur son site internet (www.gfg.be). A l'instar des derniers jours, la plupart d'entre eux seront assurés par Brussels Airlines et par la compagnie charter turque Tailwind.

La journée la plus chargée sera samedi avec 27 vols, pour 18 le lendemain et encore 7 lundi. Brussels Airlines se chargera de ramener la plupart des vacanciers en Belgique à bord de vols qui devaient de toute façon avoir lieu (et qui n'ont donc pas spécialement été affrétés pour l'occasion). 

Les clients de Thomas Cook et Neckermann se trouvant en Turquie prendront des avions de la compagnie locale Tailwind, tandis que certains ayant séjourné à Enfidha embarqueront à bord d'un vol assuré par la société tunisienne Nouvelair.

Pour rappel, le Fonds de garantie voyages a décidé jeudi d'annuler toutes les réservations de vacances qui devaient encore avoir lieu.

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  2. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.