Thomas Cook Belgique: 75 travailleurs ont été avertis de leur licenciement

mise à jour Les curateurs des sociétés Thomas Cook déclarées en faillite ont informé jeudi les 75 employés de la rupture de leur contrat et donc de la perte de leur emploi. “Nous n’allons pas poursuivre les activités et nous ne développerons pas de produits (de voyage)”, a déclaré le curateur Hans De Meyer. “Il s’agit d’un démantèlement des entreprises à la demande du tribunal.”

Plein écran
© Photo News

L'annonce a lieu jeudi au siège de Thomas Cook Belgique à Gand. Une réunion du personnel était prévue à 9h30 avec les travailleurs concernés, ont indiqué les syndicats. Les curateurs leur ont adressé quelques mots. "Il n'y avait aucune possibilité de poursuivre les activités", ont-ils estimé.

Le tribunal de l’entreprise de Gand a prononcé mercredi la faillite de trois entreprises Thomas Cook: Thomas Cook Belgique, Thomas Cook Retail et Thomas Cook Financial Services. Ces sociétés employaient 75 personnes.

Exception

Pour une quatrième entité, Thomas Cook Retail Belgique, une procédure de continuité d'entreprises sera enclenchée dans les prochains jours, dans l'espoir d'une reprise. Cette entreprise compte 501 collaborateurs et a en charge les bureaux Neckermann et Thomas Cook. 

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  2. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.