Plein écran
Photo prétexte © AFP

Thomas Cook: les remboursements risquent de “prendre beaucoup de temps”

Le traitement administratif des dossiers de demande de remboursement des clients de Thomas Cook et Neckermann dont le voyage a été annulé après la faillite du voyagiste risque de prendre beaucoup de temps, prévient vendredi le SPF Economie, qui a édité un article sur son site internet à l'attention des personnes concernées. 

Il leur est également rappelé qu'il est totalement illégal de réclamer des frais pour poursuivre un séjour ou le prolonger le temps du rapatriement, récupérer des bagages ou sa carte d'identité, quitter l'hôtel, etc. Les personnes qui paient quoi que ce soit aux hôteliers ne seront pas remboursées à leur retour.

Le voyagiste Thomas Cook a fait aveu de faillite lundi, laissant sur le carreau plusieurs milliers de Belges qui ont réservé des vacances auprès de ses enseignes Thomas Cook et Neckermann. Jeudi, le Fonds de garantie voyages (GFG) a finalement décidé d'annuler tous les voyages qui devaient encore avoir lieu, à l'issue d'une concertation avec les curateurs des sociétés de Thomas Cook en faillite. 

Le SPF Economie a édité un article sur son site internet (https://news.economie.fgov.be/182475-faillite-de-thomas-cook-que-dois-je-faire) avec neuf questions-réponses pour informer les vacanciers. 

“Impossible de fixer un délai”

"Je suis en vacances à l'étranger. Dois-je interrompre mon voyage ?", "Mes vacances se terminent et je dois reprendre l'avion dans les prochains jours. Mon vol sera-t-il bien opéré ?", "Je suis en vacances à l'étranger et l'hôtel me demande de payer des frais supplémentaires. Dois-je accepter?", "J'ai réservé mon voyage auprès d'une filiale de Thomas Cook en dehors de la Belgique. Qu'en est-il?", "J'ai introduit un dossier auprès du Fonds de garantie voyages. Dans combien de temps vais-je être remboursé?", voilà quelques-unes des questions auxquelles répond le SPF Economie.

Concernant cette dernière interrogation, chaque client doit désormais introduire en ligne un dossier de réclamation au GFG. Celui-ci procédera ensuite au remboursement. 

"La priorité absolue du Fonds de garantie est actuellement d'organiser le rapatriement des voyageurs se trouvant à l'étranger. Le traitement administratif des dossiers de demande de remboursement se fera après et, compte tenu du nombre de personnes concernées par la faillite de Thomas Cook/Neckermann, il risque de prendre beaucoup de temps", prévient le SPF Economie. "Tous les efforts seront faits pour que cela se fasse le plus rapidement possible, mais il est impossible de fixer un délai pour cette opération. Patience donc..." 

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  2. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.