Plein écran
© Photo News

Thomas Cook: les syndicats mitigés à la sortie du conseil d'entreprise

Les syndicats avaient un sentiment mitigé après l'annonce de la direction belge de Thomas Cook de solliciter la protection de ses créanciers pour une partie de ses activités. "Nous craignions ce matin de recevoir une terrible nouvelle et nous ressortons avec un double message", a résumé Els De Coster, du syndicat libéral. 

Septante-cinq personnes vont perdre leur emploi en raison de la faillite de deux entités. "Un petit bain de sang social, mais cela aurait pu être bien pire", a ajouté Mme De Coster. Les salaires de septembre ont en outre été versés mardi. C'était la première exigence des syndicats.

Les 501 personnes du siège et des magasins Neckermann et Thomas Cook vont pouvoir reprendre le travail mercredi. Les organisations de défense des travailleurs vont maintenant évaluer si ces gens vont pouvoir conserver leur emploi à long terme. "La direction fait de son mieux pour trouver un investisseur. Elle dit être en pourparlers et je la crois", commente Katrien Degryse (BBTK/SETCa).

Le tribunal de l'entreprise doit s'exprimer sur la demande de continuité de l'entreprise (LCE pour loi relative à la continuité des entreprises, NDLR). Si cette demande est approuvée, nous avons "la base pour un plan", estime Patrick Van Holderbeke (ACV/CSC). "Et nous espérons alors que cela pourra correspondre à un nouveau départ pour Thomas Cook Belgique." 

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  2. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.