Plein écran
© AFP

Trois entités de Thomas Cook déclarées en faillite par la justice

Mise à jourLe tribunal de l’entreprise de Gand a déclaré en faillite mercredi trois sociétés de Thomas Cook en Belgique. Il s’agit de Thomas Cook Belgique (70 travailleurs), Thomas Cook Retail (5) et Thomas Cook Financial Services, qui ne compte aucun collaborateur.

Les trois sociétés concernées s’étaient déclarées en faillite mercredi matin auprès du tribunal gantois.

Le tour-opérateur a indiqué mardi viser un redémarrage des activités pour la société Thomas Cook Retail Belgique, qui comprend le siège et les agences, et pour laquelle une demande de protection contre les créanciers - dans le cadre de la loi sur la continuité des entreprises (LCE) - sera introduite fin de cette semaine ou début de semaine prochaine. 501 emplois seraient sauvés.

Le CEO de Thomas Cook Belgique, Jan Dekeyser, avait annoncé mardi à la suite d’un conseil d’entreprise, que la faillite serait demandée pour deux des trois sociétés: Thomas Cook Belgique (70 collaborateurs) et Thomas Cook Retail (5 personnes).

Une opération placée sous surveillance 

Une déclaration de faillite a également été introduite pour Thomas Cook Financial Services. Il s’agit d’une “entité financière légale avec des administrateurs, mais où il n’y pas d’employés”, a souligné le porte-parole de Thomas Cook.

Le tribunal ne s’est pas prononcé publiquement, s’agissant d’une procédure principalement écrite. Il a désigné une équipe de trois curateurs: Mieke Verplancke, Pieter Huyghe et Hans De Meyer, également curateur dans le dossier de la faillite d’Optima Bank.

Deux juges-commissaires ont également été nommés, chargés de surveiller les opérations et la liquidation de la faillite. Les créanciers peuvent, endéans les 30 jours, introduire des déclarations de créances, mais dans la pratique, ils disposent d’un an pour en faire de supplémentaires. Les curateurs se rendront au siège de l’entreprise mercredi après-midi et rencontreront le personnel.

  1. Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Le parquet d’Anvers mène une enquête après le décès suspect d'une femme de 41 ans à Puurs-Sint-Amands fin 2019. La quadragénaire a succombé après avoir bu une simple gorgée d'un verre de vin “RED Merlot Cabernet Sauvignon 2016" de la marque Black&Bianco. La bouteille aurait été manipulée et une dose mortelle de MDMA (amphétamines) aurait été ajoutée dans le liquide. Le parquet avertit tout détenteur d’une bouteille similaire d'un risque potentiel et indique qu’il convient de prévenir la police si le bouchon d'une de ces bouteilles semble avoir été manipulé.