Plein écran
Illustration. © REUTERS

Un tiers des voyageurs Thomas Cook ont été rapatriés en Belgique

Près d'un tiers des quelque 13.000 voyageurs du tour opérateur en faillite Thomas Cook ont été rapatriés ce week-end. “À l'exception de quelques petits incidents, tout se passe bien", a affirmé Mark De Vriendt, directeur du Fonds de garantie voyages, dimanche vers 17h30. "Il existe toutefois encore des hôtels qui tentent de faire payer des suppléments.”

Samedi, près de 2.800 voyageurs Thomas Cook sont rentrés en Belgique. Ils étaient près de 1.900 dimanche. Dans le courant de la soirée, sept vols affrétés à l'attention des clients de Thomas Cook doivent encore atterrir à Bruxelles. 

Le nombre total de personnes rapatriées ne sera pas exactement connu dimanche soir. "Mais nous sommes au-delà de la moitié (depuis le début des rapatriements)", assure le directeur du Fonds de garantie. "D'ici le 6 octobre, quasi tout le monde devrait être rentré au pays. Il ne restera alors que moins de 100 personnes.”

Au total, le Fonds de garantie a reçu quelque 16.000 demandes de remboursement. "Le traitement doit encore être effectué. Plusieurs personnes ont introduit plusieurs plaintes, ou ont envoyé leurs documents justificatifs séparément", poursuit M. de Vriendt.

Le traitement des plaintes se fera par ordre chronologique, sur base de la date de départ, et devrait commencer d'ici trois semaines. Le coût total est estimé "à coup sûr à plus de 20 millions d'euros", a-t-on appris plus tôt dans la semaine.

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  2. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.