1. Menacés par la STIB, les arbres du parc Elisabeth sont finalement sauvés
    Bruxelles

    Menacés par la STIB, les arbres du parc Elisabeth sont finalement sauvés

    Une solution de compromis a été trouvée au Parc Elisabeth, à Koekelberg (nord-ouest de Bruxelles) afin d’éviter l’abattage de vingt-six arbres lié à la mise en accessibilité PMR et à la sécurisation de l’arrêt de tram dénommé Besme. À la demande de la ministre bruxelloise Elke Van den Brandt et du bourgmestre de Koekelberg Ahmed Laaouej, la STIB propose une version alternative du projet qui préserve la quasi-totalité des arbres initialement promis à l’abattage.
  2. Cité Propre redémarre à Charleroi et à Gerpinnes, découvrez la date de passage dans votre quartier

    Cité Propre redémarre à Charleroi et à Gerpinnes, découvrez la date de passage dans votre quartier

    Après une édition perturbée en 2020, la société de logements sociaux, La Sambrienne relance l’action “Cité Propre” avec l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi, Tibi ou la Ressourcerie du Val de Sambre. Les opérations Cité Propre ont lieu chaque année à Charleroi et à Gerpinnes. Elle consiste en des collectes d’encombrants via la mise à disposition de conteneurs. L’objectif est de préserver un environnement propre et de qualité.
  1. 230 points lumineux vont être remplacés dans trois parties de Charleroi dès ce 3 mars

    230 points lumineux vont être remplacés dans trois parties de Charleroi dès ce 3 mars

    La Ville de Charleroi et l’Opérateur des Réseaux Gaz et Électricité (ORES) avaient lancé officiellement le jeudi 19 décembre 2019 un vaste plan de remplacement de l’éclairage public à Charleroi. Ces travaux s’inscrivent dans le cadre de l’Arrêté du Gouvernement wallon du 14 septembre 2017 qui prévoit le remplacement des éclairages existants par des luminaires LED (NDLR. Light-Emitting Diode ou diode électroluminescente en français). Ce programme baptisé e-LUMin concerne 25.000 points lumineux à Charleroi.
  1. Vivre dans une tiny house: combien ça coûte vraiment?
    Livios

    Vivre dans une tiny house: combien ça coûte vraiment?

    Si vous achetez une habitation, il va vous falloir emprunter une coquette somme que vous devrez rembourser pendant plusieurs années. C’est ce qui incite certaines personnes à préférer des formes de logement alternatives, comme les tiny houses. Vous y vivez sur une surface restreinte dans une certaine forme de dénuement matériel, mais avec beaucoup plus de liberté financière. Que coûte ce genre de tiny house? Le site de construction Livios a posé cette question à Tiny House Belgium.
  2. “La baisse de la pollution de l’air due au confinement n’est plus visible”

    “La baisse de la pollution de l’air due au confine­ment n’est plus visible”

    Le recul important de la pollution de l’air observé lors du confinement en mars et avril dernier n’est plus visible actuellement dans l’atmosphère, selon la chercheuse Cathy Clerbaux, de la faculté des Sciences de l’ULB, qui se base sur les données de l’instrument IASI. L’arrêt temporaire du transport a cependant permis aux scientifiques d’observer l’impact des engrais agricoles sur l’émission de particules polluantes.
  3. Sir David Attenborough met en garde les dirigeants du monde contre le changement climatique

    Sir David Atten­borough met en garde les dirigeants du monde contre le changement climatique

    Ce mardi, Sir David Attenborough, 94 ans, s’est adressé aux dirigeants du monde entier au Conseil de sécurité de l’ONU. Le naturaliste britannique a pris la parole pour souligner que les menaces du changement climatique sur la sécurité mondiale devraient “nous unir” car elles concernent en réalité tous les pays. “Le changement dont nous avons besoin est immense (...) mais nous avons déjà beaucoup de technologies pour y faire face.”
  1. La Commune de Courcelles décrit ses projets de mobilité douce pour 2021

    La Commune de Courcelles décrit ses projets de mobilité douce pour 2021

    Les mesures inédites prises pendant la pandémie de Covid-19 ont affecté les pratiques de tout le monde. Cela s’est notamment traduit par un intérêt croissant pour l’utilisation d’alternatives à la voiture et l’envie de se déplacer de manière plus durable. À Courcelles, comme ailleurs, la période de confinement a donc poussé de nombreux Courcellois à ressortir leurs vélos et/ou à redécouvir l’entité à pied. Les autorités communales veulent profiter de ce changement de paradigme pour accentuer leurs efforts en faveur de l’environnement.