Plein écran
Dans la glace, la présence des microplastiques est indéniable © AFP

À 18 ans, un passionné trouve comment nettoyer les océans des microplastiques

En juin dernier, Fionn Ferreira originaire de Cork, a été élu grand gagnant toutes catégories du Google Science Award, parmi une centaine de participants. Ce prix scientifique international, réservé aux jeunes âgés de 13 à 18 ans, a octroyé une bourse de 45.000 euros au jeune irlandais pour le développement de ses recherches portant sur l’extraction des microplastiques des eaux.

Les microplastiques sont de petites particules de plastique dont la taille est inférieure à 5 mm, et qui se retrouvent dans l’eau après avoir été détachées de leur produit initial. On en retrouve dans les cosmétiques, comme les gels douche ou les dentifrices, mais également dans les tissus synthétiques, à la suite de lavages en machine, ou dans tous les plastiques échoués dans la nature, comme les emballages. Ils finissent leur trajet dans les mers et océans où il est impossible de les récupérer du fait de leur petite taille, et par la suite, dans les estomacs des poissons et crustacés pour terminer dans les nôtres.

Plein écran
Voilà à quoi ressemblent les microplastiques © RV

L’extraction dans les centre de traitement des eaux

La solution se trouve donc dans l’interdiction, in fine, des microplastiques mais également, à moyen terme, dans leur filtrage lors du passage de l’eau dans les centres de traitement. C’est sur cette question que s’est penché Fionn Ferreira.

Habitant au bord de l’eau et alarmé par la pollution des océans par le plastique, il décide de combiner ses connaissances en chimie et des lectures scientifiques pour trouver une solution à la problématique des microplastiques. Il pose l’hypothèse d’une méthode, combinant des ferrofluides, dont de l’huile et de la poudre de magnétite, pour attirer, à la façon d’un aimant, les particules de plastique. Il contacte alors le GMIT Institute à Galway afin de tester sa méthode en laboratoire. Il mène alors plus d’un millier d’expériences sur des échantillons d’eau contaminée contenant les dix sortes de microplastiques les plus couramment trouvées.

Au cours des tests, il en vient à la conclusion que sa méthode permet de retirer plus de 85% des microplastiques contenus dans les échantillons! Elle permet également de les retirer sans incidence aucune sur la faune et la flore marine, constituant ainsi une solution rapide et durable. Fionn Ferreira espère aujourd’hui que des tests seront menés à une plus grande échelle pour que sa méthode soit, par la suite, appliquée dans les centres de traitement des eaux.