Plein écran
© photo_news

Bien-être animal et élections: pour quel parti voter?

Gaia a lancé lundi le site internet "Jevoteanimaux.be" afin de permettre aux électeurs de faire un choix de la manière "la plus éclairée et la plus favorable aux animaux" alors que se profilent les élections régionales, fédérales et européennes. Du côté francophone, ce sont les partis politiques PS, cdH et DéFI qui accordent le plus d'importance au bien-être animal, conclut l'organisation de défense des droits des animaux après avoir passé aux crible les points de vue des différentes formations.

Gaia a épluché le programme des différents partis politiques quant à leur engagement en faveur du bien-être animal et a remis à leur président un questionnaire reprenant 12 questions au total. Celles-ci portaient sur les priorités de l'organisation de défense des droits des animaux pour la prochaine législature.

"Le bien-être animal figure bien à l'agenda social de notre pays", a fait valoir Michel Vandenbosch, président de Gaia. "Les partis en sont de plus en plus conscients, de sorte que la question devient également un enjeu politique".

Selon l'analyse de Gaia, les partis francophones qui se distinguent en la matière sont le PS, le cdH et DéFI. En Flandre, ce sont la N-VA, le sp.a et Groen qui prennent les devants.

Avec 11 "oui" et une abstention (sur l'interdiction de l'abattage sans étourdissement en Région bruxelloise), le PS est le parti répondant le plus positivement aux priorités dressées par Gaia. Dans son programme général, le Parti socialiste consacre un chapitre entier au bien-être animal qui contient plusieurs propositions argumentées, rejoignant pour la plupart les revendications de Gaia, indique l'association.

Le cdH, de son côté, accorde aussi une majorité de réponses positives (10 fois "oui"), reste "sans avis" au sujet de la viande cultivée et se prononce pour l'interdiction de l'abattage sans étourdissement à Bruxelles, mais "sous réserve" de l'avis de la Cour constitutionnelle. Le parti humaniste a en outre l'avantage que le ministre du Bien-être animal en Wallonie, Carlo Di Antonio (cdH), a "mené une politique marquée par des avancées majeures en termes de protection et de droits des animaux", souligne Gaia, qui lui a attribué la note de 17/20 pour sa législature. Dans son programme, le cdH consacre, aussi, un chapitre entier au bien-être animal.

Enfin, l'organisation Gaia s'est dit agréablement surprise par DéFI. Le parti Démocrate fédéraliste indépendant répond positivement à l'ensemble des questions de Gaia (11 fois "oui"), à l'exception de la viande cultivée (1 fois "non"). Dans son programme électoral, la formation amarante accorde également de l'importance au bien-être animal avec sept propositions concrètes pour la Wallonie (dont l'interdiction du gavage), six pour Bruxelles et une au Fédéral.

Grand absent du programme d'Ecolo
Reste que, contrairement à Groen côté flamand, le bien-être animal est à peine mentionné dans le programme d'Ecolo. "Dans l'ensemble, le parti environnementaliste répond positivement au questionnaire de Gaia, mais son programme ne contient que quelques vagues déclarations d'intention, sans la moindre proposition concrète en faveur du bien-être animal", commente l'organisation.

Pour Gaia, le MR, non plus, ne fait pas preuve d'un réel engagement: aux priorités de Gaia, le parti libéral répond six fois "non", 4 fois "oui" et 2 fois "oui". Le Mouvement réformateur est le seul parti francophone à s'opposer à l'inscription des animaux dans la Constitution. Or, c'est la volonté de près de 9 Belges sur 10, pointe encore l'association.

Sur le site internet lancé lundi par Gaia, les électeurs peuvent par ailleurs consulter le rapport final des trois ministres actuels du Bien-être animal: Carlo Di Antonio (cdH) pour la Région wallonne, Bianca Debaets (CD&V) pour la Région bruxelloise et Ben Weyts (N-VA) pour la Région flamande.

  1. Des funérailles pour un glacier suisse disparu

    Des funérail­les pour un glacier suisse disparu

    Comme en Islande il y a quelques semaines, des Suisses commémorent dimanche par une longue "marche funèbre" en montagne la disparition d'un des glaciers alpins les plus étudiés, le Pizol, évaporé sous l'effet du réchauffement climatique. Cette cérémonie intervient à la veille du sommet spécial de l'ONU sur le climat, lundi à New York, auquel participeront plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, qui sont appelés à renforcer leurs engagements pour limiter le réchauffement du globe à 1,5°C ou 2°C par rapport à la période préindustrielle, au XIXe siècle.