Plein écran
Baleine à bosse. © Getty Images

Bonne nouvelle pour les baleines à bosses, en voie d’extinction

La population de baleines à bosses de l’ouest de l’Atlantique Sud a presque retrouvé sa taille d’origine.

En voie d’extinction, la population de baleines à bosses vivant à l’ouest de l’Atlantique Sud comptait, en 1950, 450 individus. Grâce aux mesures prises contre la chasse commerciale, elles sont aujourd’hui près de 25.000. Un bel exemple de l’impact positif donné par les mesures de protection des espèces.

Ce sont les résultats donnés par une étude, publiée au mois d’octobre dernier dans le journal “Royal Society Open Science”. Les chercheurs se sont basés sur de nouvelles données disponibles grâce aux méthodes d’observation par bateaux, plus précises que la surveillance par survol aérien.

La population de baleines à bosses de l’ouest de l’Atlantique Sud évolue au large des côtes de l’Amérique du Sud. Les baleines passent l’hiver dans leurs zones de reproduction et de vêlage le long des côtes brésiliennes avant de migrer pour l’été vers les îles de Géorgie du Sud et les Îles Sandwich du Sud, plus proches de l’Antarctique. À partir du 18e siècle, selon les récits littéraires, leur route croise celle des navires de pêche qui les chassent pour leur graisse, vendue par la suite sur les marchés.

25.000 baleines décimées en 12 ans

Mais c’est au début du 20e siècle que leur population diminue de manière dramatique. Les navires baleiniers se multiplient, aidés par les technologies industrielles, pour tuer des dizaines de milliers de baleines par an au niveau mondial. Selon l’étude, en douze ans, de 1904 à 1916, 25.000 baleines, appartenant à la population de l’ouest de l’Atlantique Sud, furent tuées lors de chasses commerciales.

Par la suite, leur nombre passe de 27.000 en 1830 à seulement 450 individus survivants en 1950. Face à l’hécatombe, des mesures de protections sont adoptées au niveau international dont, notamment, en 1982, une interdiction de chasse commerciale à la baleine, adoptée par 75% des membres de la Commission Baleinière Internationale.

C’est à partir de ce moment, que la population de baleines à bosses recommence à augmenter de manière significative. Elles seraient aujourd’hui 25.000, soit 93% de leur population d’origine. Les auteurs de l’étude annonce également la possibilité que la population soit entièrement rétablie d’ici 2030.

L’accroissement de la population de baleines à bosses doit continuer à faire l’objet d’observations constantes. En effet, celle-ci aura un impact important sur les écosystèmes présents dans leurs zones de résidence. Les baleines se nourrissent principalement de plancton et leur nombre accru les mettra en compétition avec les autres prédateurs déjà présents, tels que les pingouins ou les phoques. Les millions de tonnes de plancton consommé associées avec le réchauffement des eaux dû au changement climatique, pourraient modifier entièrement les écosystèmes.

  1. Les quatre ministres belges confirment leurs objectifs en matière de climat
    COP25

    Les quatre ministres belges confirment leurs objectifs en matière de climat

    La ministre fédérale et les trois ministres régionaux en charge du Climat se sont mis autour de la table, mercredi après-midi à Madrid, en marge de la COP25, pour une réunion de travail au sujet du plan national Energie-Climat (Pnec) que la Belgique doit remettre à la Commission européenne d'ici la fin de l'année. Cette première réunion entre ces quatre ministres fut "positive" et "constructive", a-t-on souligné de tous côtés.
  2. La contribution fédérale au Fonds vert pour le climat bientôt doublée?
    COP25

    La contributi­on fédérale au Fonds vert pour le climat bientôt doublée?

    Le gouvernement fédéral a l’intention de doubler sa contribution au Fonds vert pour le Climat pour la nouvelle période de refinancement (2020-2023) par rapport à la période initiale, pour la porter à 100 millions d’euros, a annoncé la ministre Marie Christine Marghem, mercredi à la COP25 à Madrid, ajoutant que la décision devait être confirmée “dans quelques jours par le conseil des ministres”.
  3. Une façade qui économise l'eau ? C'est possible avec le jardin mural
    Livios

    Une façade qui économise l'eau ? C'est possible avec le jardin mural

    Avez-vous déjà entendu parler d’une façade qui non seulement offre plus d’espace vert à votre maison, mais qui rend également réutilisables vos eaux usées ? On vous présente le jardin mural, une collaboration entre l’UGent et la société anversoise Muurtuin avec le soutien de Vlaanderen Circulair. Des projets pilotes avec un tel système de traitement de l’eau sont déjà en cours à Gand et à Lier. Pouvez-vous plaçer bientôt un tel système ? Le site de construction Livios l’a demandé au professeur Diederik Rousseau de l’UGent.