Plein écran
Marie-Christine Marghem, ministre de l'Énergie. © belga

Coût du soutien aux centrales au gaz: Marghem dénonce un "coup politique"

La ministre de l'Energie, Marie Christine Marghem, a démenti jeudi les informations faisant état d'une nouvelle étude à propos du coût du futur mécanisme de rémunération de capacité (CRM) qui doit soutenir la construction de nouvelles centrales à gaz.

A ce jour, il n'existe aucune nouvelle étude de la Commission de Régulation de l'Electricité et du Gaz (CREG) concernant le coût du CRM. La seule étude officielle est celle du consultant PWC, disponible sur le site internet du SPF Economie et validée par la CREG et Elia, indique la ministre dans un communiqué.

L'étude évoquée dans la presse est issue d'un "draft" de l'un des directeurs de la CREG, Andreas Tirez, en charge du Fonctionnement des marchés.

"Ce dernier a pris la liberté de se baser sur l'étude officielle de PWC et de remplacer les coûts actualisés par les coûts nominaux. Il s'agit donc d'une initiative purement personnelle. Ce draft n'a jamais été validé par le comité de direction de la CREG et ne peut donc être pris en considération. Un courrier de la CREG adressé au cabinet Marghem en atteste", précise le communiqué.

La ministre dénonce "un coup politique qui n'a pour autre objectif que de faire échouer un outil essentiel dans le cadre de la transition énergétique et la sortie du nucléaire".

Le Conseil d'Etat a rendu son avis sur le projet de la ministre. Celui-ci devrait être déposé prochainement sous forme d'une proposition de loi à la Chambre. La coalition gouvernementale, minoritaire, devra trouver un soutien dans l'opposition. La N-VA a régulièrement formulé ses objections au texte ces dernières semaines.