Le brouillard cristallisé à Brustem-Dorp (Saint-Trond).
Plein écran
Le brouillard cristallisé à Brustem-Dorp (Saint-Trond). © Karolien Coenen

De la neige en Flandre? Ne vous fiez pas aux apparences

A plusieurs endroits en Flandre, entre autres en Campine et à Saint-Trond, une fine couche de neige recouvrait les rues ce mercredi matin. Contrairement aux apparences, il ne s’agit pas de neige au sens classique du terme, mais de “brouillard cristallisé”. Explications.

Ce mercredi, l’IRM avait bel et bien prévu des températures négatives mais pas de neige. Selon Ruben Weytjens, météorologue limbourgeois, il pourrait s’agir de “neige industrielle”, causée par la pollution de l’air. 

“La neige classique se forme haut dans les nuages. Cette neige-ci provient du brouillard, juste au-dessus de la surface terrestre. Très localement, où l’air est le plus pollué et où des cristaux de glace se créent autour de particules de poussière émises à cause des températures négatives”, explique-t-il à Het Laatste Nieuws.

Brouillard cristallisé

David Dehenauw, qui travaille à l’IRM (Institut Royal de Météorologie), confirme qu’il pourrait s’agir de brouillard cristallisé. “Le brouillard est fait de toutes petites gouttes. Quand il est épais, et quand il dure longtemps, ces gouttes ont le temps de fusionner. Avec les températures froides, elles gèlent, deviennent plus lourdes et tombent sur le sol comme de la neige”, analyse-t-il sur RTL Info.

Il n’exclut pas l’hypothèse selon laquelle la pollution de l’air pourrait être à l’origine de ce “brouillard cristallisé”, mais selon lui, il n’y a aucune raison de parler de “neige industrielle”. “Les cartes qui montrent la concentration de poussières fines dans l’air ne suggèrent en aucun cas qu’aujourd’hui il y a plus de pollution de l’air aux endroits où la neige est tombée”.

Dernière précision de l’expert: comme ce phénomène se forme près du sol et non en altitude, il échappe aux radars de précipitations de l’IRM et n’est pas donc prévisible.

Plein écran
© Karolien Coenen
  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.