Le parc éolien belge en mer du Nord.
Plein écran
Le parc éolien belge en mer du Nord. © BELGA

Dennis a fait tourner les éolienne belges à plein régime

La tempête Dennis, qui s'est abattue sur la Belgique dimanche, a fait grimper les compteurs de production d'électricité éolienne. Au moins 30% du bouquet énergétique de dimanche provenait du vent, ce qui est le double du ratio habituel, d'après le gestionnaire de réseau à haute tension Elia.

Selon l'ASBL Belgian Offshore Platform, qui réunit les propriétaires de parcs éoliens en mer du Nord belge, plus de la moitié de la production éolienne d'électricité a été réalisée par les aéromoteurs installés dans la mer.
La part d'électricité produite par le vent avait déjà gonflé jusqu'à atteindre un quart du mix énergétique lorsque Ciara avait déferlé sur le pays le 9 février. Certaines fortes rafales avaient même provoqué l'arrêt momentané de certaines turbines.

L'énergie éolienne prend du galon en Europe depuis un certain temps. En 2019, la quantité produite en Belgique a atteint la barre des 8 térawatt-heure (TWh), un record absolu dépassant de loin les 6,3 TWh de l'année précédente. 

En Europe, de nouvelles éoliennes, d'une capacité de production de 15,4 gigawatts (GW) ont été édifiées, a annoncé lundi WindEurope. Le nombre d'unités a particulièrement augmenté en Grande-Bretagne et en Espagne. L'Allemagne, qui a longtemps joué un rôle de pionnier, est aujourd'hui à la traîne en matière de nouvelles installations.