Plein écran
© anp

Des niveaux de cyanure jusqu'à 356 fois supérieurs au seuil de tolérance

tianjinDes niveaux de cyanure jusqu'à 356 fois supérieurs au seuil de tolérance ont été relevés près du site des explosions survenues il y a une semaine à Tianjin, dans le nord de la Chine, ont annoncé jeudi les autorités.

"Un niveau excessif de cyanure a été détecté dans huit points (d'eau) différents" à l'intérieur de la zone d'"isolement" délimitée autour du lieu des déflagrations, a indiqué le Bureau de protection environnementale de Tianjin. "Le niveau le plus élevé correspondait à 356 fois le seuil de tolérance", a-t-il précisé.

Au total, des traces de cyanure ont été identifiées mercredi dans 25 points d'eau au sein de cette zone d'isolement. Sur 16 autres points testés en-dehors, en revanche, on n'a détecté du cyanure que dans six d'entre eux et à chaque fois en-deçà des limites tolérées.

L'entrepôt de produits chimiques d'où sont parties les explosions géantes dans la nuit du 12 mars, sur la zone portuaire de Tianjin, contenait quelque 700 tonnes de cyanure de sodium, un composant hautement toxique, ont affirmé les autorités.

Les craintes d'une contamination de grande ampleur restaient vives, renforcées par les précipitations tombées en début de semaine et par l'éventuelle présence d'autres produits dangereux sur le site, où de nombreux conteneurs étaient endommagés. Le cyanure de sodium, sous forme de poudre cristalline, libère sous certaines conditions du cyanure d'hydrogène, un gaz asphyxiant et rapidement mortel en cas d'exposition prolongée.

La télévision d'Etat CCTV a de son côté fait état d'un niveau moyen de cyanure 40 fois supérieur à la normale dans la poche d'eau qui remplissait le vaste cratère creusé dans le sol par les explosions.

La catastrophe a fait au moins 114 morts, dévastant une section de la zone portuaire et des sites industriels ainsi que des complexes résidentiels environnants.

La municipalité de Tianjin se veut rassurante
Les autorités municipales se voulaient néanmoins rassurantes: "Toute l'eau polluée est contenue à l'intérieur de la zone d'isolement", a affirmé à la presse Tian Weiyong, un officiel chargé de l'environnement. "Et nous n'allons pas la pomper avant qu'elle ne soit nettoyée", a-t-il ajouté, sans autres détails.

Les équipes de secours ont édifié des barrages de terre et de sable encadrant un périmètre de 100.000 m2 autour du lieu des déflagrations pour éviter toute fuite de composants toxiques, ont rappelé les autorités municipales. Elles continuent d'assurer que l'air et l'eau ailleurs dans la ville étaient "sans danger" pour les 15 millions d'habitants de Tianjin.

Plein écran
© epa
  1. Des funérailles pour un glacier suisse disparu

    Des funérail­les pour un glacier suisse disparu

    Comme en Islande il y a quelques semaines, des Suisses commémorent dimanche par une longue "marche funèbre" en montagne la disparition d'un des glaciers alpins les plus étudiés, le Pizol, évaporé sous l'effet du réchauffement climatique. Cette cérémonie intervient à la veille du sommet spécial de l'ONU sur le climat, lundi à New York, auquel participeront plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, qui sont appelés à renforcer leurs engagements pour limiter le réchauffement du globe à 1,5°C ou 2°C par rapport à la période préindustrielle, au XIXe siècle.