Des veaux maltraités, engraissés et tués: la nouvelle vidéo choc de L214

La nouvelle enquête de l’association L214 dénonce le traitement réservé aux veaux, nés pour stimuler la lactation des vaches. La vidéo est commentée par un lanceur d’alerte.

Plein écran
Captures d'écran © L214

“J’ai fait plusieurs années dans le milieu de la viande, en Bretagne, principalement en tant qu’acheteur de veaux. Et ce que j’ai vu, vous ne le croiriez pas. J’ai été profondément dégoûté”. La nouvelle vidéo de L214 commence par ces propos de l’homme qui a accepté de dénoncer le calvaire vécu par les veaux issus de l’industrie laitière.

Les images ont été tournées ces dernières semaines dans un centre de tri de veaux laitiers de la société Ouest Élevage et dans trois élevages d’engraissement du Finistère. “On fait naître beaucoup de veaux pour stimuler la production en lait des vaches. Dès la naissance, on sépare les petits des mères. Je collectais ces veaux dans des fermes, on les ramène tous dans un bâtiment. La douceur et le bien-être animal sont restés à la porte”, explique un ancien acheteur de veaux pour cette filière.

“Les images sont dures mais il faut les regarder entièrement”

“Il y a des veaux qu’on met à part, pour les tuer ensuite. Le vétérinaire passe pour les piquer car ce sont des veaux malades ou trop maigres. Il peut arriver qu’on en tue une quinzaine par semaine”, poursuit le lanceur d’alerte. Les autres sont “engraissés pendant cinq mois environ avant d’être envoyés comme veaux gras à l’abattoir”. Ils ne connaîtront jamais les champs et pâturages car ils sont enfermés dans des fermes intensives.

D’abord, “seuls dans des cages pendant plusieurs semaines” puis “entassés dans des parcs, au-dessus de leurs excréments”. Pendant que l’individu commente, des images violentes défilent. On y voit des veaux maltraités à coups de pied et de poing, piqués par un vétérinaire ou dans des conditions déplorables. “Les images sont dures mais il faut les regarder entièrement. Merci de les partager pour sortir de cette omerta qui règne dans la filière viande”, conclut-il.