Des veaux maltraités, engraissés et tués: la nouvelle vidéo choc de L214

La nouvelle enquête de l’association L214 dénonce le traitement réservé aux veaux, nés pour stimuler la lactation des vaches. La vidéo est commentée par un lanceur d’alerte.

Plein écran
Captures d'écran © L214

“J’ai fait plusieurs années dans le milieu de la viande, en Bretagne, principalement en tant qu’acheteur de veaux. Et ce que j’ai vu, vous ne le croiriez pas. J’ai été profondément dégoûté”. La nouvelle vidéo de L214 commence par ces propos de l’homme qui a accepté de dénoncer le calvaire vécu par les veaux issus de l’industrie laitière.

Les images ont été tournées ces dernières semaines dans un centre de tri de veaux laitiers de la société Ouest Élevage et dans trois élevages d’engraissement du Finistère. “On fait naître beaucoup de veaux pour stimuler la production en lait des vaches. Dès la naissance, on sépare les petits des mères. Je collectais ces veaux dans des fermes, on les ramène tous dans un bâtiment. La douceur et le bien-être animal sont restés à la porte”, explique un ancien acheteur de veaux pour cette filière.

“Les images sont dures mais il faut les regarder entièrement”

“Il y a des veaux qu’on met à part, pour les tuer ensuite. Le vétérinaire passe pour les piquer car ce sont des veaux malades ou trop maigres. Il peut arriver qu’on en tue une quinzaine par semaine”, poursuit le lanceur d’alerte. Les autres sont “engraissés pendant cinq mois environ avant d’être envoyés comme veaux gras à l’abattoir”. Ils ne connaîtront jamais les champs et pâturages car ils sont enfermés dans des fermes intensives.

D’abord, “seuls dans des cages pendant plusieurs semaines” puis “entassés dans des parcs, au-dessus de leurs excréments”. Pendant que l’individu commente, des images violentes défilent. On y voit des veaux maltraités à coups de pied et de poing, piqués par un vétérinaire ou dans des conditions déplorables. “Les images sont dures mais il faut les regarder entièrement. Merci de les partager pour sortir de cette omerta qui règne dans la filière viande”, conclut-il.

  1. Les quatre ministres belges confirment leurs objectifs en matière de climat
    COP25

    Les quatre ministres belges confirment leurs objectifs en matière de climat

    La ministre fédérale et les trois ministres régionaux en charge du Climat se sont mis autour de la table, mercredi après-midi à Madrid, en marge de la COP25, pour une réunion de travail au sujet du plan national Energie-Climat (Pnec) que la Belgique doit remettre à la Commission européenne d'ici la fin de l'année. Cette première réunion entre ces quatre ministres fut "positive" et "constructive", a-t-on souligné de tous côtés.
  2. La contribution fédérale au Fonds vert pour le climat bientôt doublée?
    COP25

    La contributi­on fédérale au Fonds vert pour le climat bientôt doublée?

    Le gouvernement fédéral a l’intention de doubler sa contribution au Fonds vert pour le Climat pour la nouvelle période de refinancement (2020-2023) par rapport à la période initiale, pour la porter à 100 millions d’euros, a annoncé la ministre Marie Christine Marghem, mercredi à la COP25 à Madrid, ajoutant que la décision devait être confirmée “dans quelques jours par le conseil des ministres”.
  3. Une façade qui économise l'eau ? C'est possible avec le jardin mural
    Livios

    Une façade qui économise l'eau ? C'est possible avec le jardin mural

    Avez-vous déjà entendu parler d’une façade qui non seulement offre plus d’espace vert à votre maison, mais qui rend également réutilisables vos eaux usées ? On vous présente le jardin mural, une collaboration entre l’UGent et la société anversoise Muurtuin avec le soutien de Vlaanderen Circulair. Des projets pilotes avec un tel système de traitement de l’eau sont déjà en cours à Gand et à Lier. Pouvez-vous plaçer bientôt un tel système ? Le site de construction Livios l’a demandé au professeur Diederik Rousseau de l’UGent.