Plein écran
© Twitter

Deux tiers des logements wallons affichent une mauvaise performance énergétique

Deux tiers des logements wallons affichent une PEB E, F ou G, soit les trois plus mauvais scores de performance énergétique des bâtiments. La majorité des logements au sud du pays sont donc particulièrement énergivores et les nouveaux certificats enregistrés ne font que confirmer cette tendance, constate la ministre wallonne en charge du Logement, Valérie De Bue, qui entend "renforcer la dynamique de rénovation".

Le nombre de certifications PEB, obligatoires depuis 2010 lors d'une mise en vente ou en location, est en constante augmentation. Entre 2010 et 2018, la Région wallonne en a enregistré 497.236. Et les années 2017 et 2018 ont à elles seules fait augmenter la base de données de près de 30% (+106.911 certificats). Il reste toutefois du pain sur la planche puisque le parc wallon compte 1.615.774 logements.

Une situation en-deçà de l'objecti européen
Les données déjà disponibles permettent néanmoins de se faire une idée de l'état du parc de logement wallon. Celui-ci reste encore largement en-deçà de l'objectif européen qui est de tendre vers le label A en moyenne d'ici 2050. Seuls 10,3% des certificats PEB récoltés entre 2010 et 2018 obtiennent le label A ou B tandis que 60,2% obtiennent le label E, F ou G. Entre 2016 et 2018, c'est le label C qui a le plus progressé (+31,4%), suivi par les labels D (+30,7%) et E (+29,7%).

Des disparités entre les provinces
Des disparités existent par ailleurs entre les provinces: en Brabant wallon, 56,3% des certificats enregistrés ont un label A, B, C ou D alors que dans le Hainaut 65,5% des certificats ont un label E, F ou G.

Encourager la rénovation avec des primes
Face à ces constats, la ministre De Bue souhaite renforcer la dynamique de rénovation, notamment au niveau des logements publics, dont à peine 30% du parc ont déjà bénéficié d'une rénovation. "Le chantier est énorme! Il faut avancer. Dans le cadre du Plan wallon d'investissements, nous avons identifié 7.319 logements qui feront partie d'un programme de rénovation dès 2019", souligne Valérie De Bue, citée dans un communiqué.

La ministre rappelle au passage les mesures déjà prises pour stimuler les rénovations comme une réforme des primes, dans le sens d'une simplification et d'une augmentation des montants, ou une simplification de la procédure de prêts à taux zéro pour les rénovations de logements.