Gazé par la police, Olivier de Schutter dénonce la “schizophrénie” du gouvernement

Olivier de Schutter, professeur à l’UCLouvain et ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, participait à la manifestation d’Extinction Rebellion samedi à Bruxelles. Sur une photo qui a fait le tour des médias, on le voit juste avant d’être gazé par un policier alors qu’il tente de discuter avec celui-ci. Olivier de Schutter a réagi sur Facebook ce lundi, non pas pour évoquer son expérience personnelle mais bien pour dénoncer la “schizophrénie des gouvernements” face à l’urgence climatique.

Extinction Rebellion avait appelé à une occupation des jardins du Palais royal afin d’y tenir des débats citoyens sur la question climatique. Ces jardins se trouvent dans la zone neutre, où les manifestations sont interdites. La police avait dès lors tout prévu pour empêcher cette occupation. 

Elle a interpellé 147 activistes qui ont tenté de pénétrer dans les jardins. Un petit groupe a réussi à fouler l’herbe royale. La majorité des manifestants s’est rassemblée sur la place Royale et peu avant 18h00, la police a mis un terme à l’action, utilisant une autopompe et du spray au poivre. Les manifestants ont tenté de résister de manière pacifique mais ont finalement été embarqués.

Olivier de Schutter, professeur à l’UCLouvain et ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, participait à la manifestation. Le candidat malheureux aux dernières élections européennes sur la liste Ecolo a été gazé en plein visage alors qu’il s’adressait pacifiquement à la police.

Citation

“Ces jeunes disent leur désarroi. Ils le font pacifique­ment. On leur répond par des matraques, des chiens et des au­to-pom­pes. C’est totalement inacceptable”

Olivier de Schutter

Préférant rester discret sur son cas personnel, l’expert a toutefois décidé de s’exprimer de manière plus globale sur ce qui s'est passé aux abords du Palais royal samedi après-midi. 

Dans une longue publication sur Facebook, Olivier de Schutter constate que “nos gouvernements sont dans une complète schizophrénie: on prend des engagements sur le climat, mais on continue de négocier des accords commerciaux qui vont à rebours de ces engagements, et de promouvoir des modes de consommation et de production qui ne sont absolument pas durables, y compris en subsidiant les énergies fossiles et en investissant dans la bétonnisation pour la voiture ou pour l’avion”, souligne l'expert.

“Ces jeunes disent leur désarroi. Ils le font pacifiquement. On leur répond par des matraques, des chiens et des auto-pompes. C’est totalement inacceptable”, dénonce Olivier de Schutter.  

Plein écran
Olivier de Schutter en 2012. © EPA
Plein écran
© AFP