Plein écran
Kyra Gantois (g) et Anuna De Wever (d) © Photonews

Kyra Gantois, frustrée d’être mise de côté: “Je fais le même travail qu’Anuna”

La jeune militante pour le climat Kyra Gantois se plaint de ne pas recevoir la même attention médiatique que son acolyte Anuna De Wever. “Je fais le même travail qu’Anuna, mais je ne reçois pas la même attention”, regrette la jeune Flamande dans les colonnes de la Gazet van Antwerpen.

En Belgique, le mouvement des jeunes pour le climat est né de l’initiative de deux jeunes Flamandes, Anuna De Wever et Kyra Gantois. Au début du mois de janvier, les deux amies avaient suivi l’appel de la Suédoise Greta Thunberg à faire l'école buissonnière pour aller manifester en faveur d’une politique climatique plus ambitieuse. C'était le début du mouvement des jeunes pour le climat dans notre pays, lesquels battent encore le pavé ce vendredi à Bruxelles à l’occasion de la deuxième grève mondiale climatique.

Très vite, les médias ont concentré toute leur attention sur la charismatique et volubile Anuna, laissant Kyra sur le côté. Une mise à l’écart médiatique que regrette la principale intéressée, comme elle l’explique à la Gazet van Antwerpen. 

Citation

“Je ne souhaite pas attirer l’attention des médias sur ma vie amoureuse ou quelque chose de ce sty­le-là, mais les gens pensent désormais que je m’implique moins qu’Anuna, ce qui n'est pas du tout le cas”

Kyra Gantois

Ce mercredi soir, Anuna De Wever était l’invitée du “Gert Late Night”, un talk-show diffusé sur la chaîne flamande VIER. Kyra Gantois, elle, n’y a pas été conviée. 

“Nous en avons souvent parlé Anuna et moi. Nous avons commencé ensemble, je fais le même travail et j’ai les mêmes obligations qu’elle, mais je ne reçois pas la même attention”, constate la jeune femme de 19 ans.

“Je ne souhaite pas attirer l’attention des médias sur ma vie amoureuse ou quelque chose de ce style-là, mais les gens pensent désormais que je m’implique moins qu’Anuna, ce qui n'est pas du tout le cas. Selon moi, j’aurais dû participer à ce programme, et Anuna aurait dû insister pour que je sois présente. Elle m’a dit qu’elle n’avait rien pu faire de plus...”