Plein écran
© thinkstock

L'abeille tueuse va-t-elle sauver ses cousines?

Les abeilles vont mal. Entre pesticides et maladies, leurs populations déclinent à grande vitesse, faisant craindre pour leur survie. Petite lueur d'espoir cependant grâce aux abeilles tueuses. Cette lignée hybride, née du croisement entre des espèces africaines et des abeilles européennes, se montre plus agressive, plus robuste et plus résistante aux parasites.

Les populations d'abeilles en Europe et en Amérique sont notamment décimées par le syndrome d'effondrement des colonies qui se caractérise par la disparition soudaine de colonies entières. Le principal coupable qui se cache derrière ce syndrome est un acarien appelé Varroa destructor. Les abeilles victimes voient leurs ailes déformées et meurent faute de pouvoir s'envoler.

De leur côté, les abeilles africaines, qui sont beaucoup plus agressives et qui créent plus facilement de nouvelles colonies que leurs cousines européennes, semblent être plus tolérantes au parasite. Au point que des scientifiques australiens essaient de créer une race croisée entre abeilles africaines et européennes.

Ces croisements sont déjà rencontrés dans la nature et cette nouvelle lignée a pris le nom d'abeilles tueuses car, même si elles ne sont pas plus venimeuses que leurs cousines européennes, leur agressivité les rend plus dangereuses. Le professeur Boris Baer, du Centre for Integrative Bee Research à l'Université de Western Australia, a déclaré au magazine Telegraph: "Les abeilles tueuses ont un meilleur système immunitaire. Cependant, vu que nous devons vivre côte à côte avec les abeilles, nous devons trouver un compromis entre les abeilles tueuses et les abeilles actuellement élevées afin que nous puissions vivre en harmonie".

Du côté européen, on reste cependant prudent. La santé des abeilles étant d'une importance primordiale, les scientifiques européens restent ouverts aux études qui viennent des quatre coins du monde, mais cela implique des tests rigoureux afin de s'assurer que la faune européenne soit protégée et ne succombe pas aux assauts d'une nouvelle espèce.

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.