Plein écran
La saison devait être prometteuse en Alaska, mais les saumons sauvages sont morts brutalement © AP

L’augmentation de la température des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

Le 20 juin, une première estimation du nombre de saumons quinnats dans le fleuve Yukon, relayée par Radio-Canada, avait été déclarée “prometteuse” par Holly Carroll, biologiste du Département des Pêches et de la Chasse en Alaska. Les saumons effectuent en cette saison leur migration depuis les eaux de la mer de Béring vers leurs zones de frai en Alaska et au Yukon. Loin des chiffres enregistrés dans les années 1990, les populations actuelles sont néanmoins en légère hausse ces dernières années.

Moins de deux mois plus tard, alors qu’une vague de chaleur inhabituelle frappe la région - la ville d’Anchorage a enregistré un record historique de 32,2°C le 4 juillet dernier - un phénomène inquiétant semble affecter une partie de la population de saumons. Des résidents ont repéré, dans différents fleuves et rivières, des centaines de saumons morts flottant vers l’aval.

Un témoignage, recueilli par l’Alaska Public Media, relate la découverte de Sophia Katchatag, coordinatrice pour le village autochtone de Shaktoolik. Alors qu’elle emmenait sa famille à la rivière pour nager, elle a trouvé dans une crique une zone emplie de saumons morts. Selon ses dires, les saumons ne présentaient aucun signe de maladie.

Si des saumons peuvent être retrouvés morts d’épuisement, cela se produit essentiellement après la période de fraie. Leur nombre cette année, plus important que la normale, ainsi que le moment précédant la fraie, sont deux éléments qui incitent à chercher une cause externe au phénomène. La réponse pourrait se trouver dans l’élévation de la température de l’eau au-dessus de sa moyenne habituelle. Fin juillet, la température de la rivière Kuskokwim a été enregistrée à 21°C, une température trop élevée pour les saumons qui auraient alors subi un stress thermique, accélérant leur métabolisme et provoquant une crise cardiaque.

Des équipes de scientifiques sont actuellement sur place pour déterminer la cause du phénomène. Celui-ci surgit au moment où l’Agence de Protection pour l’Environnement annonce la fin de son opposition face à un projet de mine d’exploitation d’or et de cuivre en Alaska. Mis à l’arrêt sous l’administration Obama, le projet a été relancé et soutenu par Donald Trump, au risque de d’endommager définitivement la baie de Bristol, une des plus importantes zones d’habitat de saumons sauvages au monde.

  1. "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Notre pays doit s'impliquer de toute urgence: dans 100 jours, il devra remettre à l'Union européenne la version définitive de son Plan national Énergie-Climat. Ce dernier doit énumérer les objectifs et les mesures concrètes à mettre en place pour arriver à une société neutre en carbone d'ici 2050", avertit mercredi l'organisation de protection de la nature WWF dans un communiqué. Vendredi débute la semaine de l'action pour le climat, avec l'appel de Greta Thunberg et des jeunes Belges de Youth for Climate à descendre dans la rue.
  2. Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Près de 60% des répondants à la consultation publique en ligne sur le Plan national Énergie Climat (PNEC) demandent du courage et une vision à long terme de la part du monde politique, indiquent mercredi les différents ministres régionaux et du fédéral compétents en matière d'Énergie et de Climat. Une très grande majorité des 60.000 répondants estime que la poursuite du développement des énergies renouvelables devrait être une priorité et qu'il faut investir davantage dans les éoliennes en mer pour la production d'énergie offshore.