Dans l'ordre: Xavier Desgain (Écolo), Paul Magnette ( PS ) et Eric Goffart (C+)
Plein écran
Dans l'ordre: Xavier Desgain (Écolo), Paul Magnette ( PS ) et Eric Goffart (C+) © Photo News

L’échevin carolo de la Mobilité, Xavier Desgain, lance un appel à ses citoyens

Les mesures de confinement sont toujours bel et bien d’application sur le territoire belge. Cela a pour conséquence de faire diminuer dans de grandes proportions le trafic automobile. Mais cela a aussi des répercussions plus négatives.

L'Échevin de la Mobilité de la Ville de Charleroi, Xavier Desgain (Écolo), appelle les cyclistes carolos à se réapproprier les artères de la ville moins encombrées actuellement: “Les grands boulevards comme les routes secondaires sont bien moins fréquentés, la circulation des vélos y est facilitée et la qualité de l’air améliorée par l’absence de pollution automobile, rend cet exercice encore meilleur pour la santé. On ne peut pas parler d’aubaine dans ce contexte dramatique mais se préparer, dans ces circonstances particulières, à une autre mobilité, me paraît pertinent.” Cet appel est soutenu par le Gracq, le groupe de recherche et d’action des cyclistes quotidiens.

Il s’explique par les pics de fréquentation enregistrés sur les Ravels, surtout au cours des derniers week-ends ensoleillés. Au risque parfois de les saturer! Les allées des Ravels ne sont, par essence, pas très larges. “Une affluence en cette période où la distanciation physique est capitale, n’est pas souhaitable” précise le communiqué de presse de la Ville de Charleroi.

Nouvelles habitudes

Néanmoins, elle veut accompagner ses habitants vers de nouvelles habitudes qui semblent poindre: “En cette période de confinement, la mobilité en ville a pris un tout autre visage. L'espace public, habituellement envahi par la voiture, ne l'est plus du tout, le trafic ayant fortement diminué. Cette disparition d'une forme de pression automobile semble pousser un nombre croissant d'usagers de la route à utiliser le vélo, non plus seulement dans un contexte de loisir mais aussi de déplacement.”

Le Gracq, tout comme l’échevin de la Sécurité Routière, Xavier Desgain, rappellent aux cyclistes qu’ils doivent impérativement respecter le code de la route: “Il ne faut pas oublier que, dans des circonstances exceptionnelles comme lors des journées sans voiture, de nombreux cyclistes ont tendance à considérer la route comme leur appartenant et à oublier la plus élémentaire courtoisie mais surtout les principes essentiels de sécurité.”

Ils alertent également les automobilistes qui ne doivent surtout pas baisser leur niveau d’attention au motif que le trafic est plus fluide: “Ceux-ci doivent en effet plus particulièrement encore, être attentifs aux cyclistes et éviter les vitesses excessives.”

Et puis, il y a les conseils prodigués aux amateurs de la petite reine pour éviter la propagation du coronavirus: “En cette période troublée d’épidémie, les cyclistes se doivent aussi de prendre garde à la contagion. Outre garder ses distances, ne pas cracher au sol, tousser dans son coude et rouler ‘chill’. Les médecins recommandent de ne pas faire des efforts inconsidérés au guidon. Il vaut mieux rouler à un rythme qui ne soit pas trop contraignant pour l’organisme.”

Rappel

Pour rappel, les activités physiques en plein air (marche, jogging, vélo) restent autorisées à condition de les pratiquer individuellement ou uniquement entre membres de la famille vivant sous le même toit ou encore avec toujours le même ami, en respectant un mètre et demi de distance entre chaque personne. Les entrainements collectifs sont, par contre, interdits jusqu’au 19 avril inclus (et potentiellement jusqu’au 3 mai).

Les déplacements, quelques soient le mode de transport (y compris le vélo), ne sont quant à eux autorisés qu’en cas de nécessité et pour des raisons urgentes, comme le trajet domicile-travail, les achats de nourritures, etc.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifiques

    La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifi­ques

    La vague de chaleur en Sibérie conjuguée à une fonte précoce des glaces au Groenland ravivent les préoccupations de la communauté scientifique à l'approche de l'été dans la région arctique. Le début de la saison de la fonte des glaces au Groenland - défini comme le moment où celle-ci s'étend sur au moins 5% de la calotte glaciaire - a été enregistré le 13 mai, selon l'Institut météorologique danois (DMI). Soit avec "près de deux semaines d'avance" par rapport à la date médiane issue de 40 ans de données, a expliqué vendredi à l'AFP Martin Stendel, chercheur au DMI.