Plein écran

L'horrible blessure d'une orque du SeaWorld

Un épaulard qui participait à la parade du SeaWorld a dévoilé une horrible blessure au niveau de la mâchoire, provoquant la fureur des groupes de défense des animaux. D'après les photos dévoilées par Peta et provenant d'un dénonciateur anonyme, l'orque Nakai, 11 ans, qui séjourne dans le parc aquatique de San Diego, présente une entaille profonde au menton.

Dans un communiqué, SeaWorld a expliqué que l'animal était entré en contact avec un élément de la piscine, lui arrachant une partie de la peau. D'après d'autres témoins, l'orque se serait en réalité battu avec deux autres épaulards, Ike et Keet, le 20 septembre.

Selon le journaliste Tim Zimmermann, "l'incident a eu lieu au cours d'un spectacle de nuit, apparemment une altercation majeure a éclaté impliquant Nakai, Keet et Ike. En réponse à l'altercation, Nakai s'est rabattu à l'arrière de la piscine sans que les dresseurs ne se rendent compte de la gravité de sa blessure. C'est seulement après le spectacle qu'ils ont vu que l'animal était profondément blessé".

Peta a déposé plainte auprès du Département américain de l'Agriculture pour mauvais traitement et ont accusé SeaWorld de ne pas offrir aux épaulards des espaces de vie adéquats, mettant en contact des animaux incompatibles - une violation directe de la Loi sur la protection des animaux (AWA). Un porte-parole du groupe a déclaré: "L'AWA est claire: les mammifères marins qui ne sont pas compatibles ne peuvent pas être logés dans la même enceinte". "Avec pour résultat, stress, agitation, agressivité pouvant engendrer des blessures graves et même la mort".

Ce à quoi a répondu SeaWorld en indiquant qu'il "n'existe aucune organisation dans le monde plus engagée dans le bien-être physique, social et mental de ses animaux que SeaWorld". Ajoutant que Nakai était soignée avec des antibiotiques. En février 2010, une dresseuse avait été tuée par l'épaulard Tilikum, au SeaWorld d'Orlando.

  1. Cyril et Maxime lancent la première cuillère comestible 100% liégeoise

    Cyril et Maxime lancent la première cuillère comestible 100% liégeoise

    Entre les gobelets et les ustensiles de cuisine, dans les festivals, les salons et autres foires, le plastique est roi. Des alternatives existent bien, comme le carton ou le bois, mais celles-ci sont presque toujours à usage unique. Cyril Ernst et Maxime Vanderheyden, deux amis liégeois, ont eu une idée plus écologique : la cuillère comestible Ecopoon. Un ustensile qu'ils espèrent pouvoir commercialiser d’ici un mois.