L'exploitation de la faune sauvage et la destruction de son habitat naturel sous-tendent les transferts de maladies, confrontant l'humanité au risque pour de maladies infectieuses émergentes. La photo ci-dessus montre une partie d’une forêt en Indonésie déboisée par l’industrie de l’huile de palme.
Plein écran
L'exploitation de la faune sauvage et la destruction de son habitat naturel sous-tendent les transferts de maladies, confrontant l'humanité au risque pour de maladies infectieuses émergentes. La photo ci-dessus montre une partie d’une forêt en Indonésie déboisée par l’industrie de l’huile de palme. © afp

L’humanité ne peut s’en prendre qu’à elle-même

Une nouvelle étude pointe mercredi la responsabilité de l'activité humaine et de la destruction de la biodiversité dans l'apparition de nouveaux virus venus du monde animal, tel le coronavirus à l'origine de l'épidémie de Covid-19.

Les chercheurs de l'école vétérinaire de l'Université de Californie ont étudié 142 cas de "zoonoses" virales (maladies transmises de l'animal à l'humain) répertoriées dans des études depuis 2013, qu'ils ont ensuite croisés avec les listes de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui classe notamment les espèces en danger.

Les rongeurs, primates et chauve-souris ont été identifiés comme hôtes de la majorité des virus transmis à l'Homme (75,8%) et les animaux domestiques comme porteurs de 50% des zoonoses identifiées.

Parmi les espèces sauvages menacées, "celles dont les populations sont en baisse en raison de l'exploitation et de la perte d'habitat partagent plus de virus avec les humains", notent les chercheurs dans le magazine Proceedings of the Royal society (sciences biologiques).

La faune exploitée, son habitat détruit

"Nos données illustrent la manière dont l'exploitation de la faune sauvage et la destruction de l'habitat naturel sous-tendent les transferts de maladies, nous confrontant au risque de maladies infectieuses émergentes", a déclaré à l'AFP Christine Johnson, qui a dirigé l'étude, réalisée avant l'apparition de l'épidémie actuelle, qui pourrait selon certains scientifiques venir d'une espèce de chauve-souris.

"Nous modifions les territoires par la déforestation, la conversion de terres pour l'agriculture, l'élevage ou la construction. Ceci augmente la fréquence et l'intensité des contacts entre l'humain et la faune sauvage, créant les conditions idéales pour des transferts viraux", a-t-elle souligné.

Un million d’espèces animales et végétales en danger de disparition

Selon les experts biodiversité de l'ONU (IPBES), un million d'espèces animales et végétales sont en danger de disparition en raison de l'activité humaine.

En 2016, l'agence des Nations Unies pour l'environnement avait souligné que quelque 60% des maladies infectieuses chez l'Homme étaient d'origine animale, et 75% des maladies émergentes. 

Elle avait estimé que ces dernières avaient eu un coût direct sur les deux dernières décennies de 100 milliards de dollars, qui pourrait être démultiplié si elles passaient au stade de pandémie humaine, comme l'a fait le nouveau coronavirus. 

  1. La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifiques

    La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifi­ques

    La vague de chaleur en Sibérie conjuguée à une fonte précoce des glaces au Groenland ravivent les préoccupations de la communauté scientifique à l'approche de l'été dans la région arctique. Le début de la saison de la fonte des glaces au Groenland - défini comme le moment où celle-ci s'étend sur au moins 5% de la calotte glaciaire - a été enregistré le 13 mai, selon l'Institut météorologique danois (DMI). Soit avec "près de deux semaines d'avance" par rapport à la date médiane issue de 40 ans de données, a expliqué vendredi à l'AFP Martin Stendel, chercheur au DMI.