Plein écran
Illustration © AFP

"L'industrie automobile produit plus de gaz à effet de serre que l'ensemble du l'UE"

L'industrie automobile produit plus de gaz à effet de serre que l'ensemble du l'Union européenne et son empreinte carbone représentait l'an dernier 9% des émissions mondiales totales de CO2, dénonce Greenpeace sur base d'un rapport publié mardi. L'organisation réclame qu'une échéance de fin de la vente de voitures à essence et diesel soit fixée.

Les constructeurs automobiles ont une influence "cruciale" sur le réchauffement climatique, souligne l'ONG, qui a analysé et classé les douze principaux acteurs du secteur selon leur impact environnemental.
Le podium des plus gros pollueurs est dominé par le groupe Volkswagen, toujours englué dans le "dieselgate", suivi de Renault-Nissan et Toyota.

En Belgique, l'empreinte totale des voitures vendues en 2018 - sur base de l'émission moyenne au kilomètre, et de celles liées à la production, au recyclage, ainsi qu'à la production des carburants - correspond à 24% de toutes les émissions annuelles du pays, selon les calculs de Greepeace.

L'organisation pointe particulièrement les véhicules utilitaires sportifs (SUV), des "outils de pollution massive" qui représentent un tiers des ventes de voitures en Belgique l'an dernier et dont le nombre de modèles neufs a doublé en cinq ans.

Greenpeace plaide dès lors pour la fin, au plus tard en 2028, de la vente de véhicules alimentés aux énergies fossiles. Une condition nécessaire pour parvenir à limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, insiste l'ONG.
Celle-ci demande à la Belgique de suivre l'exemple des Pays-Bas, de la France, de l'Inde ou encore des pays scandinaves, entre autres, qui ont déjà annoncé une date de fin pour la vente de voitures à essence et diesel.

  1. Nouvelle revendication pour la ligne SNCB entre Erquelinnes et Charleroi

    Nouvelle revendica­ti­on pour la ligne SNCB entre Erquelin­nes et Charleroi

    Durant tout un temps, la ligne ferroviaire L130a qui relie Erquelinnes à Charleroi était sérieusement menacée car elle n’était pas suffisamment empruntée au goût de la Société Nationale des Chemins de fer Belges (SNCB). La commune a mis sur pied un comité de ligne ouvert à ses citoyens afin de faire entendre sa voix. Ils se sont réunis en fin d’année 2019 pour convenir d’un nouveau plan de bataille.