Plein écran
© getty

L'intensité carbone de la production belge d'électricité continue à baisser

L'intensité carbone de la production d'électricité en Belgique a continué sa tendance historique à la baisse en 2018, diminuant de moitié depuis 1990, constate la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg) dans une note sur les marchés de gros belges de l'électricité et du gaz naturel. Cette intensité carbone est inférieure en Belgique à celle de l'Union européenne.

La tendance à la baisse de l'intensité carbonique, mesurée en gramme de CO2 par kWh d'électricité produite, peut s'expliquer par la diminution progressive de la part de charbon (en Belgique, depuis 2016, on ne produit plus d'électricité au moyen de centrales au charbon) et par la croissance de la part des énergies solaire et éolienne dans le mix énergétique de la production d'électricité, explique la Creg.

Eoliennes et panneaux solaires
La production des panneaux solaires en Belgique a augmenté de 2,9 TWh en 2017 à 3,4 TWh en 2018 tandis que la production des éoliennes est passée de 4,9 TWh à 6,3 TWh. "Par conséquent, le volume total des énergies renouvelables intermittentes (vent et soleil) est passé de 6,8 TWh en 2017 à 9,7 TWh en 2018, soit une progression de 24%. Plus de 70% de cette progression est attribuable à la hausse de la production d'énergie éolienne", souligne le régulateur du secteur énergétique.

Les Pays-Bas et l'Allemagne, qui a recours aux centrales à charbon pour pallier à l'abandon de ses centrales nucléaires, ont une intensité carbonique au moins deux fois supérieure à celle de la Belgique.

Les centrales nucléaires
Par ailleurs, les centrales de production ont injecté 57,3 TWh en 2018 contre 69,6 TWh en 2017, relève encore la Creg. La production d'électricité par les centrales nucléaires a diminué d'un tiers (de 40 TWh à 27 TWh) par rapport à 2017, en raison de leur indisponibilité technique, particulièrement à la fin de 20181. Il faut remonter à 2015 pour retrouver une production d'électricité par les centrales nucléaires plus faible.