Photo d'archive prise le 28 août 2019 montrant une vue aérienne de la déforestation dans la réserve biologique de Nascentes da Serra do Cachimbo à Altamira, dans l'État de Para, au Brésil, dans le bassin de l'Amazone.
Plein écran
Photo d'archive prise le 28 août 2019 montrant une vue aérienne de la déforestation dans la réserve biologique de Nascentes da Serra do Cachimbo à Altamira, dans l'État de Para, au Brésil, dans le bassin de l'Amazone. © AFP

La déforestation s'accélère à un rythme record en Amazonie

La déforestation a atteint un record entre janvier et avril en Amazonie brésilienne, selon des données officielles publiées vendredi qui laissent entrevoir une nouvelle année noire pour la plus grande forêt tropicale du monde.

D'après les images satellites de l'Institut brésilien de Recherches Spatiales (INPE), un organe gouvernemental, 1.202 km2 de forêt ont ainsi disparu lors des quatre premiers mois de cette année.

Cette déforestation est de 55% supérieure à celle de la même période de 2019 et la plus élevée sur la période de janvier à avril depuis le début des statistiques mensuelles en 2015.

Engagement?

Ces chiffres soulèvent des questions sur l'engagement du président Jair Bolsonaro à protéger l'Amazonie, dont plus de 60% se trouve en territoire brésilien. 2019, la première année au pouvoir du chef de l'État d'extrême droite, avait été marquée par un nombre jamais vu d'incendies qui avaient dévasté d'immenses zones d'Amazonie et attiré un flot de critiques de la communauté internationale sur le Brésil.

La déforestation en Amazonie brésilienne a progressé de 85% l'an dernier, sur 10.123 km carrés, dépassant le seuil symbolique des 10.000 km carrés pour la première fois depuis le début de ces statistiques en 2008, selon des données de l'INPE.

Tendance inquiétante

La tendance pour cette année parait inquiétante alors que la saison sèche, qui favorise les incendies, ne commence qu'à la fin mai.

Cette destruction de la forêt est en grande partie imputable aux coupes de bois sauvages, à l'extraction minière ou à l'activité agricole sur des terres normalement protégées.

Jair Bolsonaro a autorisé jeudi l'envoi de l'armée pour lutter contre la déforestation et les incendies en Amazonie, entre le 11 mai et le 10 juin. Mais pour les défenseurs de l'environnement, il serait plus avisé d'augmenter les budgets et les moyens en personnels des agences environnementales, dont certaines on vu leur moyens fondre depuis son accession au pouvoir.

Le président brésilien Jair Bolsonaro.
Plein écran
Le président brésilien Jair Bolsonaro. © AFP
  1. La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifiques

    La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifi­ques

    La vague de chaleur en Sibérie conjuguée à une fonte précoce des glaces au Groenland ravivent les préoccupations de la communauté scientifique à l'approche de l'été dans la région arctique. Le début de la saison de la fonte des glaces au Groenland - défini comme le moment où celle-ci s'étend sur au moins 5% de la calotte glaciaire - a été enregistré le 13 mai, selon l'Institut météorologique danois (DMI). Soit avec "près de deux semaines d'avance" par rapport à la date médiane issue de 40 ans de données, a expliqué vendredi à l'AFP Martin Stendel, chercheur au DMI.