Plein écran
© getty

La Fédération Wallonie Bruxelles investit dans l'énergie renouvelable

Au lendemain de l'inauguration de plus de 700 panneaux photovoltaïques sur les toits de bâtiments de son ministère, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé, mercredi, le lancement de deux concessions de services pour l'installation et l'exploitation de centrales solaires photovoltaïques sur les toitures de 11 infrastructures sportives, 2 infrastructures culturelles et 12 établissements scolaires du réseau d'enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Ce projet sera financé par un investisseur privé. Il inclura la rénovation et l'isolation de certaines toitures. Ce sera notamment le cas pour 8 des 12 toitures des établissements scolaires, sans coût supplémentaire pour la Fédération.

Le gain net au bénéfice des établissements est estimé à plus 5,4 millions d'euros sur les 25 ans de durée de vie des panneaux, sans compter le bénéfice immédiat de nouvelles toitures isolées thermiquement.

Les lieux à rénnover 
Sont directement concernés le hall de sport de La Brise (Auderghem); l'Athénée royal Victor Horta de Saint-Gilles; l'Athénée royal Crommelynck de Woluwe Saint-Pierre; l'Athénée royal d'Ixelles; l'Athénée royal Serge Creuz de Molenbeek-Saint-Jean; l'Athénée royal Jean Absil d'Etterbeek; l'internat autonome pour jeunes filles de la Communauté française, à Ixelles; l'Athénée royal de Jette, l'Athénée royal d'Evere; l'Athénée royal d'Uccle II; l'Athénée royal de Woluwe-Saint-Lambert et l'Athénée royal de la Rive Gauche, à Bruxelles.

En bénéficieront également, les centres sportifs de l'Hydrion; «La Ferme du Château»; «Le LIRY»; «Le Cierneau»; Les Deûs Oûtes; «Le Blocry»; de la Mosane; «Le Lac»; la Fraineuse; la Résidence Olympic; «Le Warfaaz»; le Centre culturel La Marlagne; et le Centre de prêt de matériel de Naninne.

La concession de services prévoit que les infrastructures retenues cèdent leurs toitures au concessionnaire pendant la durée du contrat, soit 10 ans. L'énergie verte produite sera prioritairement cédée aux occupants des bâtiments moyennant le paiement d'une redevance annuelle.

Une exploitation durant quinze ans
Au terme de ces dix années, les infrastructures scolaires, sportives et culturelles obtiendront la pleine propriété des installations photovoltaïques et pourront dès lors les exploiter pendant les 15 dernières années de leur durée de vie.

Afin d'encourager la participation citoyenne dans le soutien des engagements publics dans la lutte contre le changement climatique, le cahier des charges inclut un critère relatif à un co-financement citoyen.

La volonté du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est d'encourager et multiplier les initiatives de ce type afin de contribuer activement à la réflexion globale et aux actions étroitement liées aux défis climatiques.

D'autres projets
D'autres projets encore, tel que le passage de l'éclairage aux LED, seront également réalisés et auront une plus-value en termes de confort visuel pour les élèves et les enseignants au-delà de l'économie d'énergie qu'ils produiront.

Ces installations de panneaux photovoltaïques sont une des premières initiatives concrètes s'inscrivant dans les missions de la Cellule Énergie créée en septembre 2016 au sein du ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles.