Plein écran

La menace d'un méga tremblement de terre plane

Pour le scientifique écossais Iain Stewart, ce n'est qu'une question de temps avant qu'un immense tremblement de terre frappe une grande ville et provoque des dégâts "sans précédent dans l'histoire humaine".

Plein écran
© ap
Plein écran
© epa
Plein écran
© ap

Hier, à Brisbane, le géologue et universitaire a annoncé cette prédiction sinistre lors d'une allocution à une conférence de géologie. Il a expliqué que, selon lui, le risque de catastrophe a augmenté en raison d'un nombre croissant de méga-villes construites sur ou à proximité de failles sismiques majeures.

En effet, de nombreuses agglomérations ont été érigées sur ces lignes de faille car elles offrent généralement d'excellentes conditions, comme l'accès à l'eau, et sont souvent entourées de plaines, idéales pour les cultures.

Si, auparavant, cette "attraction fatale" pour les zones dangereuses n'était pas une mauvaise chose parce que les tremblements de terre étaient rares et la plupart des villes n'étaient pas si grandes, il estime qu'aujourd'hui le risque de catastrophe est beaucoup plus important.

Bien que, de nos jours, les tremblements de terre sont souvent moins destructeurs en raison de normes de construction améliorées, les séismes provoquent cependant plus de victimes car ces métropoles rassemblent plus d'habitants.

Pour Iain Stewart, nous nous mettons volontairement dans des situations qui risquent de provoquer notre perte. Tout le monde sait, par exemple, que la ville de San Francisco vit sous la menace d'un tremblement de terre majeur, pourtant, la ville ne cesse de grandir, augmentant donc le nombre potentiel de victimes en cas de séisme.

De même, il rappelle que l'augmentation des populations vivant en bord de mer est elle aussi susceptible de provoquer une hécatombe en cas de tsunami majeur et le géologue de se demander pourquoi les gens choisissent souvent d'ignorer les avertissements émis par les scientifiques qui pourraient pourtant leur sauver la vie...

  1. L’augmentation de la température des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    L’augmentation de la températu­re des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    Le 20 juin, une première estimation du nombre de saumons quinnats dans le fleuve Yukon, relayée par Radio-Canada, avait été déclarée “prometteuse” par Holly Carroll, biologiste du Département des Pêches et de la Chasse en Alaska. Les saumons effectuent en cette saison leur migration depuis les eaux de la mer de Béring vers leurs zones de frai en Alaska et au Yukon. Loin des chiffres enregistrés dans les années 1990, les populations actuelles sont néanmoins en légère hausse ces dernières années.