Plein écran
© Photo News

La trottinette électrique partagée pollue trop

Les trottinettes électriques partagées polluent davantage que les modes de transport qu'elles remplacent en raison de leur durée de vie insuffisante, ressort-il d'une étude dirigée par des chercheurs de l'Université libre de Bruxelles (ULB). Les scientifiques se sont penchés sur l'utilisation de ce deux-roues électrique à Bruxelles.

Une trottinette électrique partagée engendre à l'échelle globale 131 grammes de CO2 équivalent par kilomètre. Des émissions principalement dues à la phase de production en Chine (79%), explique l'étude dirigée par l'ULB. En Belgique, l'impact est lié "à la phase de déploiement et de collection ainsi qu'à la phase de chargement".

Les modes de transport que la trottinette électrique partagée remplace - principalement les transports en commun, la marche à pied et la voiture (privée, partagée, taxi et Uber), cette dernière étant la plus impactante - représentent une émission de 110 g de CO2 équivalent par km. La trottinette pollue dès lors davantage. En cause? Sa durée de vie insuffisante.

Pour être moins polluante que les autres moyens de transport, la trottinette devrait être utilisée 9,5 mois en moyenne. Or, sa durée de vie tourne autour des 7,5 mois.

Pour allonger la vie des trottinettes, il faut une meilleure résistance mais aussi "une maintenance efficace, des infrastructures adaptées (les trous dans la chaussée accélèrent la détérioration des trottinettes), un usage précautionneux et une diminution du vandalisme", conclut Hélie Moreau, chercheur à l'Institut de gestion de l'environnement et aménagement du territoire de l'ULB. 

  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.