Plein écran
© ANP

La Wallonie plus sèche que jamais

Les trop faibles précipitations de ces quatre dernières semaines ont aggravé l'état de la sécheresse, indique jeudi le Service public de Wallonie (SPW), à l'issue d'une réunion du Centre régional de crise de Wallonie (CRC-W). Les débits des cours d'eau ont fortement décru et atteignent à présent des valeurs historiquement faibles. Une situation qui ne devrait pas s'inverser durablement malgré les quelques pluies attendues dans les prochains jours.

Si la distribution publique d'eau est satisfaite partout, avec une consommation stable et normale pour la saison, certaines communes maintiennent leurs arrêtés visant à interdire l'usage de l'eau non lié à des besoins essentiels. Il s'agit de Ciney, Clavier, Tinlot, Somme-Leuze, Tellin, Rochefort, Gouvy, Hamois, Havelange, Hotton, Durbuy, Nassogne et Tenneville, qui vient de s'ajouter à la liste.

Du côté des cours d'eau, les débits ont fortement décru et atteignent des valeurs historiquement faibles. Il faudra manifestement attendre des pluies automnales abondantes pour inverser durablement la tendance.

Le kayak reste interdit sur tous les tronçons, sauf l'Amblève. Pour la navigation, l'obligation de regroupement des bateaux aux écluses reste généralisée en Wallonie, tandis que concernant les eaux de baignade, la saison balnéaire a pris fin le 15 septembre. Le pêche, elle, reste autorisée partout.

Enfin, pour le secteur agricole, le bilan apparaît positif de manière générale en ce qui concerne les céréales mais un peu moins pour les oléo-protéagineux et en voie d'amélioration pour les prairies. Une prochaine réunion de la cellule sécheresse sera organisée le 22 octobre à 10h00. 

  1. La stratégie Climat adoptée: la neutralité carbone belge ne sera pas pour 2050

    La stratégie Climat adoptée: la neutralité carbone belge ne sera pas pour 2050

    Le Comité de concertation réunissant les représentants des gouvernements fédéral et des entités fédérées a adopté la stratégie Climat de la Belgique à l'horizon 2050. Le plan repose sur l'addition des stratégies que les Régions wallonne, flamande et bruxelloise ont élaborées pour leurs propres entités. S'agissant d'un engagement a minima, il ne ferme toutefois pas la porte à une réouverture des discussions ultérieurement.