Illustration
Plein écran
Illustration © Getty Images

La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.

Philippe Henry
Plein écran
Philippe Henry © BELGA

"Il faudra avant tout vérifier que l'hypothèse d'une telle vente est possible", a précisé le ministre en soulignant que le recul des émissions, en Wallonie, a plutôt tendance à stagner ces dernières années, "la trajectoire à suivre étant de plus en plus contraignante".

Réduction insuffisante

Début octobre, la nouvelle ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA), avait elle-même reconnu la situation dans les colonnes du Morgen, estimant que la Flandre se dirigeait, à politique inchangée, vers une réduction d'environ 10 % de ses émissions de CO2 par rapport à 2005.

La Wallonie, bonne élève

À court terme, le nord du pays pourrait dès lors être contraint de racheter des crédits de CO2 auprès des bons élèves de la classe, dont la Wallonie auprès de laquelle la Flandre dispose d'un droit de priorité pour l'achat de tels crédits. D'après De Morgen, la facture pourrait s'élever à quelque 40 millions d'euros. 

Zuhal Demir
Plein écran
Zuhal Demir © BELGA
  1. La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifiques

    La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifi­ques

    La vague de chaleur en Sibérie conjuguée à une fonte précoce des glaces au Groenland ravivent les préoccupations de la communauté scientifique à l'approche de l'été dans la région arctique. Le début de la saison de la fonte des glaces au Groenland - défini comme le moment où celle-ci s'étend sur au moins 5% de la calotte glaciaire - a été enregistré le 13 mai, selon l'Institut météorologique danois (DMI). Soit avec "près de deux semaines d'avance" par rapport à la date médiane issue de 40 ans de données, a expliqué vendredi à l'AFP Martin Stendel, chercheur au DMI.