Plein écran
Oleg Zubkov est connu pour sa relation avec les lions © Facebook

Le gérant d’un zoo doit céder ses 30 ours pour éviter leur euthanasie: “Si quelqu’un veut les sauver...”

Le propriétaire d’un zoo en Crimée a lancé un appel pour céder les trente ours de son parc dont il ne peut plus s’occuper. Si personne ne se manifeste, Oleg Zubkov envisage de les euthanasier.

Le Taigan Lion Park près de Simferopol, en Crimée, se trouve dans une situation précaire. Des inspecteurs ont trouvé des violations aux obligations vétérinaires. La fermeture du parc a été ordonnée pour trois mois.

Sur sa chaîne YouTube, Oleg Zubkov, surnommé “l’homme lion” pour sa proximité avec les félins, a indiqué qu’il ne pouvait pas s’occuper de ses animaux sans les recettes de la vente des billets. Il a donc deux possibilités: leur trouver une autre maison ou les euthanasier. “J’ai été contraint de prendre ces mesures extrêmes parce qu’il n’y a aucune autre option”, regrette-t-il.

Le propriétaire lance donc un appel. “Les lions et les tigres seront déplacés dans d’autres zoos sous peu, et une décision finale sera prise au sujet des trente ours du parc”, annonce Oleg Zubkov, déterminé à faire des économies. Dans les prochaines semaines, un juge tranchera sur la fermeture définitive du parc. L’homme craint de perdre la bataille, se présentant comme une cible du gouvernement. L’année dernière, un lion avait mordu le bras d’une femme dans son zoo, ce qui a contribué à la dégradation de son image. Selon lui, il s’agit d’un incident isolé.

En attendant, la survie de trente ours dépend donc de potentiels acquéreurs. “Si quelqu’un veut les ours, c’est possible. Si ce n’est pas le cas, je vais devoir les tuer”, affirme-t-il, précisant avoir déjà informé les services vétérinaires de sa volonté d’abattre ses ours.

Plein écran
© REUTERS
  1. En 2019, les feux de forêt ont émis 6.000 mégatonnes de CO2: une année exceptionnelle

    En 2019, les feux de forêt ont émis 6.000 mégatonnes de CO2: une année exception­nel­le

    Entre le 1er janvier et le 30 novembre 2019, environ 6.375 millions de tonnes de CO2 ont été relâchées dans l'atmosphère à la suite des incendies de forêt, indique jeudi le service de surveillance de l'atmosphère (CAMS) du programme européen Copernicus. D'après les scientifiques, 2019 a présenté une activité exceptionnelle, tant en termes d'intensité des feux que d'émissions.