Plein écran
© Capture d'écran

Le plus grand système de nettoyage des océans

Dans l'océan Pacifique, au large entre la Californie et Hawaï, se trouve le Great Pacific Garbage Patch. On l'appelle aussi la Grande poubelle du Pacifique et, avec cinq autres zones de déchets plastiques situées en mer, elle forme le 7e continent. Coincés là par des tourbillons marins, les déchets s'accumulent et s'étendent aujourd'hui sur 1,6 millions de km², soit plus de cinquante fois la superficie de la Belgique. Leur concentration a été multipliée par cent sur les quarante dernières années selon une étude de l'Université de Californie, publiée par la revue Biology Letters de la Royal Society britannique.

La récupération des déchets grâce aux tourbillons marins

Ces tourbillons, qui regroupent et accumulent les déchets en leurs centres, s'avèrent de réelles opportunités pour récolter ceux-ci. C'est sur la base de cette idée, que l'association CleanUp, située à San Francisco, a conçu le plus grand système de nettoyage des océans. Avec 60 de ces systèmes, ils projettent une réduction de 90% des déchets situés dans le Pacifique d'ici 2040.

Il s'agit d'un système de barrage flottant, long de 600 mètres, qui prend la forme d'un U lorsqu'il suit un courant marin. Cette formation lui permet de récolter les déchets qui suivent le même courant que lui. Si le flotteur permet de stopper les plus grands déchets, un filet à de trois mètres de haut à également été attaché au flotteur, en dessous de la surface de l'eau, pour récolter les déchets plus petits. La longueur a été définie pour permettre à la faune marine de passer en dessous sans difficultés. Les déchets sont extraits par bateau, une fois que le barrage est plein, et amenés à terre pour être triés ou recyclés.

Quelques réglages à effectuer
Le premier prototype de barrage flottant a été placé en mer pour une phase de test en octobre 2018 depuis la baie de San Francisco. Il a, depuis, été rapatrié vers Hawaï par les équipes de CleanUp pour effectuer des réparations nécessaires et analyser les premières données récoltées. Plusieurs problèmes sont à l'origine de ce rapatriement précoce. Une partie du barrage, longue de 18 mètres, s'était détachée de l'ensemble, à cause d'une faille dans le matériau utilisé qui a été agrandie par la force des courants.

La seconde concerne l'accumulation restreinte et temporaire des déchets plastiques. Ceux-ci ne restent que quelques jours piégés dans la barrage, ce qui est trop peu pour permettre aux équipes de venir les récupérer. Ce problème serait dû à la vitesse insuffisante du barrage et pourrait être réglé en augmentant la surface de prise de vent. Des informations positives ont également été relevées. Le barrage s'oriente correctement grâce au vent et au courant marin et aucun poisson ou animal marin n'a été retrouvé pris dans le filet.

L'association prévoit donc d'améliorer le système pour élargir leur nombre dès 2020 et tenir le planning de réduction de 90 % des déchets d'ici 2040. Au delà des technologies mises en place, les actions de réduction de déchets plastiques à leur source doivent être élargies afin de traiter la cause du problème et non son résultat.