Le plus grand parc éolien offshore belge à ce jour se déploie à 23 km des ports d'Ostende et Zeebrugge, dans une zone d'intense trafic de tankers et porte-conteneurs géants. Achevé cet été après deux ans, il aligne 44 éoliennes hautes de près de 200 mètres, de quoi alimenter 400.000 ménages en électricité.
Plein écran
Le plus grand parc éolien offshore belge à ce jour se déploie à 23 km des ports d'Ostende et Zeebrugge, dans une zone d'intense trafic de tankers et porte-conteneurs géants. Achevé cet été après deux ans, il aligne 44 éoliennes hautes de près de 200 mètres, de quoi alimenter 400.000 ménages en électricité. © Photo News

Le potentiel “époustouflant” de l’éolien en mer

  1. Des sauveteurs australiens contraints d'euthanasier des “dauphins-pilotes”

    Des sauveteurs austra­liens contraints d'euthana­sier des “dau­phins-pilotes”

    Des sauveteurs australiens ont dû se résoudre jeudi à euthanasier des "dauphins-pilotes" qui avaient survécu après avoir échoué dans une baie de Tasmanie, alors que 380 de leurs congénères ont déjà péri. La course contre la montre engagée depuis leur découverte, il y a quatre jours, échoués sur des bancs de sable d'une baie de la côté ouest de l'île de Tasmanie a permis d'en sauver 88.
  2. Potager pollué aux métaux lourds: résultats rassurants pour les habitants de Bressoux

    Potager pollué aux métaux lourds: résultats rassurants pour les habitants de Bressoux

    La troisième phase de bio-monitoring, réalisée dans le cadre de la détection d'une pollution aux métaux lourds au potager collectif de Bressoux, a livré des résultats rassurants pour les non-utilisateurs. En effet, la population de Bressoux ne présente pas d'imprégnation particulièrement différente de celles mesurées dans d'autres populations belges ou européennes, a indiqué mardi le Service Public de Wallonie, lors d'une réunion d'information qui s'est déroulée à Bressoux.
  3. Une montée inquiétante du niveau de la mer: jusqu'à 44 centimètres de plus d’ici 2100

    Une montée inquiétan­te du niveau de la mer: jusqu'à 44 cen­timètres de plus d’ici 2100

    Si nos émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas, la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique provoquera, d'ici 2100, une hausse du niveau de la mer de 44 centimètres supplémentaires par rapport aux prévisions actuelles, ressort-il d'une étude internationale regroupant une soixantaine de glaciologues, océanologues et spécialistes de l'atmosphère. Les résultats de cette étude, à laquelle ont participé des chercheurs de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) sous la houlette du Centre de vol spatial Goddard de la Nasa, ont été publiés jeudi dans une édition spéciale de la revue The Cryosphere.