Plein écran
Greta Thunberg avant de prendre le large, direction New York. © AFP

Le voyage de Greta Thunberg pollue-t-il vraiment moins? “L’équipage fait l’aller-retour en avion”

La jeune militante pour le climat Greta Thunberg a mis le cap sur New York mercredi à bord d’un voilier de course certifié zéro carbone. L'adolescente suédoise a décidé de traverser l’Atlantique en bateau et ne veut plus prendre l’avion, jugé trop polluant. Mais selon des médias allemands, son voyage en voilier polluerait davantage que si elle avait survolé l’océan. Et pour cause, l’équipage fait l’aller-retour en avion. Et Greta Thunberg rentrera peut-être elle aussi par les airs une fois son périple achevé.

Pour se rendre à New York, la Suédoise de 16 ans a pu compter sur l’aide de Pierre Casiraghi, fils de la princesse Caroline de Monaco, lequel a mis -gratuitement- à sa disposition un bateau pour parcourir les 3.000 milles nautiques, qu’il skippe avec l’Allemand Boris Herrmann. “Je suis honoré que Greta ait accepté notre invitation”, a déclaré le skipper allemand.

Boris Herrmann est un skipper expérimenté. Il a déjà fait le tour du monde à trois reprises. Pierre Casiraghi et lui accompagnent Greta Thunberg et son père ainsi que le réalisateur Nathan Grossman, qui réalise un documentaire sur la traversée qui doit durer deux semaines.

Un simple aller-retour en avion aurait moins pollué

Une fois arrivé à New York, l’équipage n’a pas l’intention de retourner en Europe par la mer et prendra donc... l’avion. Cinq autres membres d’équipage viendront chercher le navire plus tard, également par les airs. C'est ce qu’a déclaré Andreas Kling, porte-parole du skipper Boris  Herrmann, au journal allemand “Die Tageszeitung.”

Selon les médias allemands, l’expédition de Greta Thunberg provoque en réalité davantage d’émissions de gaz à effet de serre que si elle et son père avaient fait un simple aller-retour à New York en avion. En effet, les membres de l'équipage n’auraient pas été obligés de faire la navette. Cependant, les marins compensent chaque voyage en faisant des dons à des organisations environnementales, précisent nos confrères allemands.

Andreas Kling a d’ailleurs sous-entendu que la jeune militante et son père pourraient bien prendre l’avion pour rentrer en Suède.

Plein écran
© EPA
Plein écran
© EPA
Plein écran
© REUTERS
  1. "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Notre pays doit s'impliquer de toute urgence: dans 100 jours, il devra remettre à l'Union européenne la version définitive de son Plan national Énergie-Climat. Ce dernier doit énumérer les objectifs et les mesures concrètes à mettre en place pour arriver à une société neutre en carbone d'ici 2050", avertit mercredi l'organisation de protection de la nature WWF dans un communiqué. Vendredi débute la semaine de l'action pour le climat, avec l'appel de Greta Thunberg et des jeunes Belges de Youth for Climate à descendre dans la rue.
  2. Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Près de 60% des répondants à la consultation publique en ligne sur le Plan national Énergie Climat (PNEC) demandent du courage et une vision à long terme de la part du monde politique, indiquent mercredi les différents ministres régionaux et du fédéral compétents en matière d'Énergie et de Climat. Une très grande majorité des 60.000 répondants estime que la poursuite du développement des énergies renouvelables devrait être une priorité et qu'il faut investir davantage dans les éoliennes en mer pour la production d'énergie offshore.