Les Belges ne sont pas tous logés à la même enseigne en ce qui concerne le coût des énergies renouvelables.
Plein écran
Les Belges ne sont pas tous logés à la même enseigne en ce qui concerne le coût des énergies renouvelables. © Photo News

Le Wallon paie trois fois plus que le Bruxellois pour le renouvelable

Le Wallon paie près de trois fois plus cher pour le soutien aux énergies renouvelables que le Bruxellois, ressort-il de statistiques de la Creg, le régulateur fédéra de l'énergie, compilées par La Libre, vendredi.

Le ménage bruxellois est, de loin, le mieux loti avec un coût global d'une soixantaine d'euros par an pour soutenir les énergies renouvelables. Pour une consommation moyenne d'électricité de 3 500 kWh, il paie environ 35 euros pour le soutien régional au renouvelable, et 25 euros pour les éoliennes en mer du Nord. En ajoutant la TVA, on arrive à un peu plus de 70 euros par an.

En Wallonie, le coût est plus élevé. Les objectifs climatiques assignés à la Région wallonne sont plus ambitieux, note La Libre, car il est plus aisé d'installer des éoliennes ou des panneaux photovoltaïques dans le sud du pays qu'à Bruxelles. Résultat, le ménage wallon paie, pour une consommation moyenne, environ 165 euros par an pour soutenir les énergies renouvelables: 90 euros pour le soutien régional, 50 pour le dérapage du photovoltaïque, et environ 25 euros pour les éoliennes en mer du Nord. En ajoutant la TVA, on arrive à 200 euros par an environ.

C'est du côté flamand que le soutien aux énergies renouvelables est le plus onéreux. En plus des 85euros pour le mécanisme général des certificats verts et les 25euros pour les éoliennes en mer, une surcharge spéciale de 134euros par an est appliquée dans les tarifs de distribution, soit 244euros au total. Avec la TVA, on arrive donc quasiment à 300euros.

  1. Gratuité du TEC: la Région Wallonne plus rapide que Charleroi Métropole

    Gratuité du TEC: la Région Wallonne plus rapide que Charleroi Métropole

    Le 25 février de l’année dernière, la ville de Charleroi a lancé une étude pour examiner la possibilité d’instaurer rapidement la gratuité des transports en commun. Finalement, c’est la solution d’une gratuité partielle qui est envisagée. Cependant, elle serait élargie à Charleroi Métropole et ses 29 communes. Ce qui représente une population de 600.000 habitants. Dans le même temps, la Déclaration de Politique Régionale (DPR) du gouvernement wallon prévoit également une gratuité partielle du Transport en Commun (TEC).