Plein écran
© getty

Les chiens et les chats sont une catastrophe pour l'environnement

Le régime alimentaire des chiens et chats domestiques s'avère en effet particulièrement nocif pour l'environnement. Explications.

Les Etats-Unis possèdent une population de chiens évaluée à environ 70 millions de spécimens et ceux-ci consomment pour la plupart une nourriture majoritairement composée de viande. Si l'on prend en compte tous les animaux de compagnie américain, cette "nation" animale" représente à elle seule la cinquième plus grande consommatrice de viande au monde, uniquement dépassée dans ce domaine par les Etats-Unis, la Russie, le Brésil et la Chine.

Et là réside tout le problème, résume un article consacré du Huffington Post

Impact environnemental désastreux
"Car la production mondiale de viande et de produits laitiers est responsable de 14,5% des gaz à effet de serre générés par l'homme, soit un peu plus que les émissions de tous les véhicules, trains, avions et bateaux du monde", dénonce l'article. Les chiens et les chats représentent à eux seuls jusqu'à 30% de l'impact environnemental de l'agriculture animale aux Etats-Unis. 

Bientôt des animaux de compagnie vegan?
Bref, si l'étre humain conscient sait depuis longtemps qu'il doit restreindre sa consommation de viande, il est temps de réfléchir à la gamelle de son compagnon, à poil court ou à poil long. Du coup, de nombreux vegans américains ont décidé d'imposer leurs nouvelles habitudes alimentaires à leurs animaux également. Un chien vegan? Pas si absurde... 

"La plupart des propriétaires de chiens n'ont jamais pensé que leur animal puisse survivre avec un régime végétal. Ça va changer à mesure que nous disposons de plus d'informations," affirme Myron Lyskanycz, propriétaire d'un petit carlin et PDG de Halo, une entreprise de nourriture pour chiens et chats qui propose depuis six ans déjà des produits sans viande.

Le chien est omnivore, le chat est carnivore
Or, si le chien "omnivore" peut survivre aisément en consommant uniquement des produits végétaux, le chat, carnivore, a quant à lui encore un besoin vital de viande. Mais la recherche tente de trouver une solution pour contourner le problème.

Scepticisme de la communauté scientifique
Tous les chercheurs ne sont évidemment pas convaincus par la démarche: "Les chiens et les chats ont besoin de vitamine D pour maintenir un taux de calcium adéquat dans leur corps. Contrairement aux humains, ils ne peuvent pas en fabriquer eux-mêmes. Or, la vitamine D ne se trouve que dans les produits d'origine animale. Et puis il y a des nutriments très peu présents dans les légumes ou les céréales, comme les acides aminés", conteste par exemple Tiffany Bierer, directrice scientifique chez Mars Petcare. 

Viande "in vitro": l'avenir?
Toutefois, certaines entreprises, telles que Wild Earth, travaille à l'élaboration de viande de laboratoire pour limiter l'impact écologique. Elle affirme vouloir révolutionner la nourriture pour animaux avec de la viande cultivée "in vitro" et des légumes. Il ne s'agit plus dès lors de régime vegan mais d'alimentation durable. 

Mais le mieux est encore de poser la question à son vétérinaire afin de savoir comment diminuer la consommation de viande de son animal de compagnie sans affecter sa santé.

  1. Le CEO de Sibelga: "La transition énergétique va entrer chez tous les Bruxellois”

    Le CEO de Sibelga: "La transition énergéti­que va entrer chez tous les Bruxellois”

    "Nous avons à l'horizon 2050, une vision très ambitieuse pour Bruxelles... Premièrement, nous imaginons que tout le bâti bruxellois sera soit passif, soit à très faible consommation énergétique, ce qui nous impacte directement, puisque 90% des Bruxellois se chauffent au gaz", annonce samedi Marie-Pierre Fauconnier, CEO de Sibelga dans les colonnes du journal L'Echo où elle dévoile son plan de stratégie pour le gestionnaire des réseaux de distribution de gaz et d'électricité bruxellois.
  2. La collecte des sacs-poubelle perturbée dans six communes à Bruxelles

    La collecte des sacs-poubelle perturbée dans six communes à Bruxelles

    Les travailleurs des secteurs Neder-Over-Heembeek et Triomphe de l'agence régionale Bruxelles-Propreté ont refusé de démarrer leurs tournées vendredi matin. Cela tant qu'ils ne recevaient pas d'explications de la direction sur le suivi de leurs revendications relatives à la réforme des collectes, a indiqué Michel Piersoul, porte-parole pour le SLFP. Une réunion sera en conséquence consacrée à la question lundi après-midi (14h30).