Plein écran
© Photo News

Les concentrations d'ozone en hausse, le seuil d'information risque d'être dépassé

vague de chaleurSi les concentrations d'ozone étaient normales pour la saison lundi, elles s'annoncent en hausse mardi et le seuil européen d'information pourrait être dépassé, avertit la cellule interrégionale de l'environnement (Celine). La situation n'ira pas en s'améliorant et le seuil européen d'alerte risque même d'être dépassé jeudi dans le nord du pays.

Mardi, il fera chaud, ensoleillé et peu venteux. S'ajoute à cela une pollution de l'air, ce qui favorisera la formation d'ozone. "Sur base des dernières prévisions, le seuil d'information européen, 180 µg/mètre cube, pourrait être dépassé localement. Le risque le plus important se situe dans le nord du pays", prévient Celine. 

Mercredi, les concentrations d'ozone continueront à augmenter: elles seront comprises entre 175 et 240 µg/m³. Sur l'ensemble du pays, le seuil d'information risque d'être dépassé. Le risque de dépassement du seuil d'alerte, fixé à 240 µg/m³, est "faible mais ne peut être exclu localement".

Il risque toutefois bien d'être dépassé jeudi au nord du pays alors qu'il fera encore plus chaud, avec des maximas grimpant jusque 38 degrés. Le seuil d'information sera lui dépassé sur l'ensemble de la Belgique.

Évitez les efforts physiques si vous êtes une personne sensible

Ces concentrations très élevées d'ozone peuvent avoir un impact sur la santé et provoquer des difficultés respiratoires (notamment lors d'efforts physiques importants), une irritation des yeux et des voies respiratoires supérieures, de la toux chez les personnes sensibles et une augmentation de la fréquence et de la gravité des symptômes des personnes asthmatiques. 

À titre préventif, les personnes sensibles (enfants, seniors, personnes souffrant de problèmes respiratoires...) doivent éviter les efforts physiques inhabituels et tout exercice en plein air entre 12h00 et 22h00. 

Les dernières prévisions

L’après-midi de mardi se déroulera sous un ciel dégagé à quelques voiles d’altitude près, selon les prévisions de l’Institut royal météorologique (IRM). Le thermomètre affichera 30 à 34 degrés, sous un vent généralement faible de secteur est à sud-est. A la Côte, une brise de nord-est d’intensité modérée se lèvera en cours d’après-midi.

Le ciel restera serein lundi soir et pendant la nuit, qui sera douce avec un mercure oscillant entre 18 et 23 degrés. Seules certaines vallées des Hautes Fagnes profiteront d’un peu fraîcheur, avec des températures comprises entre 13 et 14 degrés.

Jusqu’à 38 degrés mercredi...

La vague de chaleur continuera de déferler sur la Belgique mercredi, qui s’annonce ensoleillé même si quelques nuages de moyenne et haute altitude feront leur apparition. Chapeau, lunettes de soleil et crème solaire devront être de sortie, avec des maxima annoncés de 30 degrés à la mer, 33 ou 34 sur les hauteurs ardennaises et 38 dans le centre. Il risque même de faire jusqu’à 39 degrés. L’ouest sera le bienheureux du pays, profitant d’une brise maritime. Mais sur le front de brise, des nuages pourront se développer, avec le risque d’une averse ou d’un orage de chaleur isolé.

La nuit sera de nouveau chaude, 18 à 24 degrés sont prévus.

... et jusqu’à 40 degrés jeudi

Jeudi sera la journée la plus chaude, très ensoleillée et avec des températures accablantes de 38 ou 39 degrés dans le centre, voire 40 degrés localement.

Vendredi reste incertain: les nuages seront plus nombreux mais les éclaircies seront larges. L’atmosphère deviendrait plus instable avec la possibilité d’averses orageuses isolées en fin de journée. Il fera moins chaud au littoral, avec 24 degrés, mais pas en Campine, les maxima prévus dépassant encore les 35 degrés. 

  1. L’augmentation de la température des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    L’augmentation de la températu­re des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    Le 20 juin, une première estimation du nombre de saumons quinnats dans le fleuve Yukon, relayée par Radio-Canada, avait été déclarée “prometteuse” par Holly Carroll, biologiste du Département des Pêches et de la Chasse en Alaska. Les saumons effectuent en cette saison leur migration depuis les eaux de la mer de Béring vers leurs zones de frai en Alaska et au Yukon. Loin des chiffres enregistrés dans les années 1990, les populations actuelles sont néanmoins en légère hausse ces dernières années.