Plein écran
La marche pour le climat à Bruxelles, le 24 mai 2019. © Photonews

Les écoles flamandes ne peuvent pas obliger les élèves à marcher pour le climat

Les écoles du nord du pays peuvent faire des marches pour le climat une sortie scolaire, mais elles n'ont pas le droit d'obliger leurs élèves à y participer, selon une décision du département flamand de l'éducation révélée par De Standaard et Het Nieuwsblad, vendredi.

La décision de quelques écoles de rendre obligatoire la participation aux marches mondiales pour le climat avait fait du bruit en Flandre, mi-mars. Certains parents trouvaient la sortie trop politisée. La N-VA et l'Open-Vld étaient montés au créneau. La ministre de l'Enseignement Hilde Crevits (CD&V) avait alors chargé un comité de son département de trancher.

L'avis est clair: les marches pour le climat ne sont pas une activité politique, car elles ne sont pas organisées par des partis politiques. Dès lors, en faire une sortie scolaire n'est pas problématique, tant que cela s'inscrit dans le cadre d'un cours. Mais les écoles ne peuvent pas rendre obligatoire la participation à ces manifestations. Pour les élèves qui ne veulent pas s'y rendre, une alternative doit être proposée.

  1. Le CEO de Sibelga: "La transition énergétique va entrer chez tous les Bruxellois”

    Le CEO de Sibelga: "La transition énergéti­que va entrer chez tous les Bruxellois”

    "Nous avons à l'horizon 2050, une vision très ambitieuse pour Bruxelles... Premièrement, nous imaginons que tout le bâti bruxellois sera soit passif, soit à très faible consommation énergétique, ce qui nous impacte directement, puisque 90% des Bruxellois se chauffent au gaz", annonce samedi Marie-Pierre Fauconnier, CEO de Sibelga dans les colonnes du journal L'Echo où elle dévoile son plan de stratégie pour le gestionnaire des réseaux de distribution de gaz et d'électricité bruxellois.
  2. La collecte des sacs-poubelle perturbée dans six communes à Bruxelles

    La collecte des sacs-poubelle perturbée dans six communes à Bruxelles

    Les travailleurs des secteurs Neder-Over-Heembeek et Triomphe de l'agence régionale Bruxelles-Propreté ont refusé de démarrer leurs tournées vendredi matin. Cela tant qu'ils ne recevaient pas d'explications de la direction sur le suivi de leurs revendications relatives à la réforme des collectes, a indiqué Michel Piersoul, porte-parole pour le SLFP. Une réunion sera en conséquence consacrée à la question lundi après-midi (14h30).