Plein écran
Photo d'illustration © Getty

Les scientifiques alertent sur une “apocalypse des insectes”

Des études scientifiques ont démontré que la présence des insectes en Europe a chuté de 80% en deux décennies. Le nombre d’insectes aquatiques dans les cours d’eau est également en chute libre. De plus en plus de chercheurs parlent d’une “apocalypse d’insectes”. Ces derniers sont pourtant essentiels à la subsistance des hommes et de toute vie sur Terre. 

Une première étude réalisée au Danemark a relevé le nombres d’insectes s’échouant sur les pare-brises et a constaté une baisse de 80% entre 1997 et 2017. Elle a également noté un déclin parallèle du nombre d’hirondelles, des oiseaux qui vivent des insectes. Au Royaume-Uni, une étude centrée sur les insectes s’échouant sur les plaques d’immatriculation a constaté une baisse de 50% par rapport à 2004. 

“La plupart des naturalistes ont sonné l’alarme il y a bien longtemps”, explique le chercheur Anders Pape Møllerf de l’Université Paris-Sud en France. “J’ai des collègues âgés qui se souviennent que quand ils partaient en vacances l’été avec leurs parents, ils devaient s’arrêter sur le chemin pour nettoyer le pare-brise. Aujourd’hui, cela n’arrive plus”.

En février 2019, le même constat a été fait en Allemagne et à Porto Rico. Les scientifiques craignent un “effondrement catastrophique des écosystèmes naturels”. “Au cours de mes 50 ans, la température en avril, mai et juin a augmenté de 1,5°C en moyenne dans ma zone d’étude”, a constaté Anders Pape Møllerf. “La quantité de pluie a augmenté de 50%. Nous parlons de différences spectaculaires”.

Augmentation de la température de l’eau

Une étude a été menée de 1969 à 2010 sur un cours d’eau, dans une réserve naturelle allemande. “Dans l’ensemble, la température de l’eau a augmenté de 1,88°C et les schémas d’écoulement ont changé de manière significative”, ont constaté les chercheurs. “Ces changements se sont accompagnés d’une baisse de 81,6% de l’abondance des insectes. Nos résultats indiquent que le changement climatique a déjà gravement modifié la faune, même dans les zones protégées”.

Pesticides

Les causes du déclin sont la pollution, la destruction de l’habitat naturel, les pesticides et les impacts de la crise climatique. La pollution lumineuse a également été citée comme l’une des principales causes de l’apocalypse des insectes. “Il est essentiel que nous créions pour les insectes un espace plus solidaire, à l’abri des pesticides, du changement climatique et d’autres nuisances”, déclare le chercheur Matt Shardlow.