Plein écran
© EPA

Les trottinettes électriques vraiment écologiques? Elles pollueraient plus qu’un bus au diesel

Les trottinettes électriques, le moyen de transport le plus écologique pour se déplacer en ville? Peut-être pas. Selon une étude américaine, elles s’avèrent plus polluantes que les transports en commun et émettent notamment davantage de CO2 qu’un bus roulant au diesel. 

Entre les adeptes et les détracteurs de la trottinette électrique, le débat fait rage. Des chercheurs de la North Carolina State University viennent de publier une étude qui devrait ravir les plus fervents adversaires de l’engin réputé écologique. 

Les trottinettes électriques émettent 202 g de gaz à effet de serre par passager et par mile parcouru (NDLR: +- 1,6 kilomètre). Environ la moitié des gaz à effet de serre provient des matériaux et de leur assemblage. Elles sont notamment composées d’aluminium pour le cadre et de lithium pour la batterie. Construites en Chine, elles parcourent de longues distances pour rejoindre l’Europe et l’Amérique, précise le magazine français Usbek & Rica.  

Une durée de vie estimée à 28,8 jours

43% des gaz à effet de serre sont issus des trajets effectués pour les recharger et les répartir ensuite dans la ville. 4,7% sont attribuables à la recharge proprement dite. Des générateurs d’essence sont parfois utilisés par les “juicers”, rapporte le magazine français Usbek & Rica. Les dégradations comme les incendies volontaires complètent la liste. 

Ce n’est pas la première fois que la vertu environnementale des trottinettes électriques est remise en question. En 2018, le magazine Quartz pointait leur durée de vie réduite, estimée à 28,8 jours, après avoir passé au crible les données de 129 trottinettes. 

  1. La stratégie Climat adoptée: la neutralité carbone belge ne sera pas pour 2050

    La stratégie Climat adoptée: la neutralité carbone belge ne sera pas pour 2050

    Le Comité de concertation réunissant les représentants des gouvernements fédéral et des entités fédérées a adopté la stratégie Climat de la Belgique à l'horizon 2050. Le plan repose sur l'addition des stratégies que les Régions wallonne, flamande et bruxelloise ont élaborées pour leurs propres entités. S'agissant d'un engagement a minima, il ne ferme toutefois pas la porte à une réouverture des discussions ultérieurement.