Plein écran
© Christophe Vandercam

Mai 2015, l'un des plus chauds de l'histoire

UpdateMai 2015 a été le plus chaud pour ce mois dans le monde depuis le début des relevés de températures en 1880, montrant que le réchauffement de la planète se poursuit, a annoncé jeudi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

L'année 2014 avait déjà été la plus chaude jamais enregistrée. Mai 2015 a été le "plus chaud mois de mai dans les annales", a déclaré Derek Arndt, un scientifique de la National Oceanic and Atmospheric Administration, lors d'une conférence de presse téléphonique, soulignant que la période couvrant les cinq premiers mois de 2015 a également été la plus chaude jamais enregistrée.

La température moyenne à la surface du globe (océans et terres) a été en mai 0,87 degré au-dessus de la moyenne du XXe siècle pour ce mois, soit le plus élevé pour la période de 1880 à 2015, surpassant légèrement (0,08 degré) le précédent record établi en 2014, précise la NOAA.

Dans l'océan Arctique, la superficie moyenne des glaces en mai a été 5,5% inférieure à la moyenne de la période 1981 à 2010. Les glaces arctiques ont représenté en mai 2015 la troisième plus faible surface depuis le début des observations satellitaires en 1979, selon le Centre national de la neige et de la glace utilisant les données de la NOAA et de la NASA.

En revanche, dans l'Antarctique, la superficie des glaces a été en mai 12,1% au-dessus de la moyenne de 1981 à 2010. Il s'agit aussi de la plus grande étendue des glaces antarctiques pour ce mois dans les annales, surpassant le précédent record de mai 2014.

  1. Des funérailles pour un glacier suisse disparu

    Des funérail­les pour un glacier suisse disparu

    Comme en Islande il y a quelques semaines, des Suisses commémorent dimanche par une longue "marche funèbre" en montagne la disparition d'un des glaciers alpins les plus étudiés, le Pizol, évaporé sous l'effet du réchauffement climatique. Cette cérémonie intervient à la veille du sommet spécial de l'ONU sur le climat, lundi à New York, auquel participeront plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, qui sont appelés à renforcer leurs engagements pour limiter le réchauffement du globe à 1,5°C ou 2°C par rapport à la période préindustrielle, au XIXe siècle.