Plein écran
© BELGA

Malgré les préoccupations environnementales, la production de plastique est en hausse

La production de matières plastiques a encore crû en 2018 à l'échelle mondiale, tirée par l'Asie et les Etats-Unis, mais elle a reculé en Europe, alors que les déchets plastiques et la pollution des océans restent des préoccupations. 

La production mondiale a atteint l'année dernière 359 millions de tonnes (Mt), en hausse de 3,2%, un rythme un peu inférieur à celui de 2017 (+3,9%), a indiqué mardi la fédération PlasticsEurope.

L'Asie représente plus de la moitié de la production de matériaux plastiques, tirée par la Chine qui pèse pour près d'un tiers (108 Mt). 

Le continent asiatique reste pourtant "structurellement déficitaire et importateur", a souligné Éric Quenet, directeur région Ouest Europe de PlasticsEurope, devant la presse.

La Chine a encore augmenté ses capacités de production de plastiques, sur la base de charbon, et cette tendance devrait se poursuivre.

Autre région en croissance, les Etats-Unis qui bénéficient du développement du gaz de schiste, et où des unités de production très compétitives ont été lancées sur la base d'éthane.

Mais un marché intérieur dynamique ne suffit pas à absorber ces nouvelles capacités, d'où "une pression de plus en plus forte de ces unités américaines" à l'export, s'inquiètent les industriels européens.

Cette production américaine "se retrouve de plus en plus sur le marché européen", a souligné M. Quenet.
En 2018, les importations européennes venant des États-Unis ont augmenté de 26% en volume. 

"Ce que nous avons enregistré en 2018 continue et se renforce en 2019, en conséquence de l'aggravation du contentieux sino-américain", a ajouté M. Quenet. "C'est une préoccupation" et "cela doit se traiter au niveau européen". 

"Notre marché européen reste relativement ouvert avec des droits de douane encore relativement modérés", a-t-il noté.

Recul en France

Le dynamisme américain s'est aussi manifesté sur les marchés tiers, où les exportations européennes ont reculé de 3% en 2018. La balance commerciale européenne pour les plastiques reste toutefois positive.
Parallèlement, la production de plastiques en Europe a baissé (-4,3%) après une année 2017 assez forte, alors que la consommation augmentait légèrement (+0,4%).

Dans ce contexte, la France a connu en 2018 une "baisse forte et amplifiée" de la production (-5,1%) par rapport à l'Europe et une consommation également en baisse (-2,6%), après une année 2017 très positive. 

D'autre part, la demande en matières plastiques recyclées a crû de 14% en 2018 en France, selon une estimation du SRP, le syndicat des recycleurs de plastiques, citée par PlasticsEurope.

La fédération dit avoir "besoin de temps et de visibilité" face aux législations et objectifs de recyclage des plastiques.

"Le recyclage représente un défi et une opportunité pour notre industrie", a estimé M. Quenet qui s'inquiète de "la multiplication des pactes nationaux" sur les plastiques qui pourrait aboutir à des règles nationales différentes.

"Evitons le morcellement. Nous jouons l'Europe et pas les différentes approches nationales", a indiqué le responsable de Plastics Europe, disant préférer des "engagements volontaires" de l'industrie.
Pour France Nature Environnement, "il va falloir faire des efforts parce qu'on est dans une situation qui devient dramatique, on a plus que besoin de juguler notre production de plastique, il faut qu'on repense notre consommation de ce matériau du tout au tout".

"Plusieurs groupes industriels ont pris des engagements volontaires, partir sur des matériaux simples dans une optique de recyclage, ou plus résistants dans une optique de durabilité (...) mais on pense qu'il est temps de passer à la vitesse supérieure", a déclaré Eléonore Kubik, chargée de mission prévention et gestion des déchets chez France Nature Environnement, à l'AFP.

"C'est un travail qui doit être mené par tout le monde", mais "c'est aussi dans l'intérêt des fabricants de réussir à s'adapter", a-t-elle observé.

PlasticsEurope a lancé début 2018 l'engagement "Plastics 2030" qui prévoit des plates-formes dédiées au recyclage de plusieurs familles de plastiques.

Mais l'objectif français de 100% de plastique recyclé en 2025 est "très ambitieux", a relevé M. Quenet. "Nous sommes en contact avec le gouvernement pour avoir le recyclage le plus élevé.”