Marghem à la COP24: un petit tour (très polluant) et puis s'en va

La Belgique ne sera pas représentée par son chef de gouvernement à la COP24. En effet, Charles Michel a envoyé Marie-Christine Marghem à Katowice pour le remplacer au pied levé, indique Le Soir. Mais en tant que simple ministre, elle ne pourra pas prendre la parole. Un aller-retour en avion pour une représentation davantage protocolaire qu'autre chose, voilà qui fait un peu tache dans pareil contexte.

Selon nos confrères du Soir, Charles Michel devait initialement se rendre ce lundi à la COP24 qui s'est ouverte ce dimanche à Katowice, en Pologne. Il n'en sera finalement rien. En raison de "soucis d'agenda", le Premier a donc demandé à sa ministre de l'Environnement Marie-Christine Marghem de se rendre à la cérémonie d'inauguration à sa place.

La COP24 boudée par les grands dirigeants mondiaux
Mais en simple qualité de ministre, la libérale ne pourra prendre la parole, contrairement aux douze leaders européens qui se sont inscrits sur la liste des orateurs, dont le Néerlandais Mark Rutte ou l'Espagnol Pedro Sanchez. Notons tout de même que cette COP24 n'attirera finalement que peu de chefs d'Etat ou de gouvernement: une quarantaine tout au plus. Et les plus grands du monde sont aux abonnés absents, sans doute parce qu'ils viennent de se rencontrer à Buenos Aires pour le sommet du G20.

Marghem de retour à Tournai cet après-midi
Marie-Christine Marghem ne s'éternisera pas en terres polonaises. Partie ce matin, elle sera déjà de retour à Tournai cet après-midi où elle doit prêter serment en tant que conseillère communale, écrit Le Soir. Pour faire le voyage, la ministre vole avec un avion privé de type Embraer de la Force aérienne belge (le même que Charles Michel aurait employé, N.D.L.R.). Un aller-retour en une journée qui s'annonce davantage protocolaire qu'autre chose et surtout très polluant: l'équivalent en CO2 de 110.000 km en voiture moyenne et quatre années de chauffage pour un ménage moyen, précise un expert au Soir.

La COP, un événement ô combien polluant
Lors de la marche pour le climat ce dimanche à Bruxelles, certains manifestants s'étonnaient notamment qu'à l'heure du digital et des vidéo-conférences, un événement censé apporter des solutions à l'urgence climatique comme la COP continuer de générer son lot considérable d'émissions de gaz à effet de serre...