capture d’écran.
Plein écran
capture d’écran. © Instagram Anthony Hearsey

Ne vous méprenez pas sur cette image de l’Australie en feu

Mise à jourUne image très impressionnante du territoire australien en feu circule depuis dimanche sur les réseaux sociaux. Interpellante, cette photo que l’on pourrait croire tirée d’un satellite n’est est en réalité pas une. Il s’agit d’une visualisation en trois dimensions créée par un graphiste installé à Brisbane, comme l’expliquent nos confrères de la RTBF.

“Une petite visualisation 3D des feux en Australie. Faite avec les données de la NASA, entre le 5 décembre 2019 et le 5 janvier 2020. Ce sont toutes les zones qui ont été affectées par les feux. L’échelle est un peu exagérée. Notez aussi que toutes les zones ne sont pas en ce moment en train de brûler”, a écrit dimanche Anthony Hearsey sur son compte Instagram, en légende de l'image de son pays ravagé par les flammes. 

Malgré cet avertissement, de nombreux internautes se sont laissé piéger et ont pris l’image pour une photo vue du ciel de l’Australie à un instant “T”. Or, il s’agit bien d’une modélisation montrant les incendies qui ont touché ce vaste territoire pendant un mois, soit du 5 décembre au 5 janvier. Plus les zones sont jaunes, plus celles-ci ont été touchées par les incendies. Pour créer cette modélisation, le graphiste australien s’est appuyé sur les données d’un programme de la NASA spécialisé dans les incendies, le FIRMS (pour Fire Information for Resource Management System).

La carte à partir de laquelle Anthony Hearsey a créé sa modélisation. Ici, plus les zones sont rouges, plus les incendies ont été nombreux (à l’inverse de la modélisation d’Anthony Hearsey).
Plein écran
La carte à partir de laquelle Anthony Hearsey a créé sa modélisation. Ici, plus les zones sont rouges, plus les incendies ont été nombreux (à l’inverse de la modélisation d’Anthony Hearsey). © FIRMS/NASA

Sur Instagram, le studio pour lequel travaille Anthony Hearsey, Ion Studio Image, confirme: “Malheureusement, certaines personnes, dont des médias, se sont passées des détails et ont pris cette image pour une photographie. Ce n’est pas une photo satellite. C’est une vue artistique de ces terribles événements, basée sur des données scientifiques.”

Lire la suite de l’article sous la photo

L’image, certes un peu trompeuse, a au moins le mérite d’éveiller les consciences. Contacté par la RTBF, son auteur encourage d’ailleurs toutes les personnes qui la partagent à faire un don afin d’aider le pays à surmonter cette immense catastrophe. Près de 80.000 km2 de territoire ont été ravagés par les flammes depuis le début des incendies en septembre dernier, soit une superficie presque équivalente à l’île d’Irlande. On déplore également 24 décès.

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.