Plein écran
© reuters

New York interdit les sacs plastiques à usage unique

Le 31 mars, les députés de l'État de New York ont approuvé l'interdiction de la vente de sacs plastiques à usage unique. Cette loi fait suite à un plan proposé déjà en 2018 par le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, qui, à l'époque, s'était heurté à un refus. Les chambres étaient alors à majorité républicaine. Une situation qui a changé depuis les élections de mi-mandat, qui se sont tenues en novembre passé et qui ont vu un basculement en faveur des démocrates.

New York devient ainsi le troisième état à bannir les sacs plastiques, après la Californie en 2016 et Hawaï, un an plus tard. Un pas important pour un état qui, selon le Département de New York pour la Protection de l'Environnement, utiliserait 23 milliards de sac plastiques par an. La ville de New York, à elle seule, en utiliserait plus de dix milliards ce qui produirait 1,700 tonnes de déchets chaque semaine.

Sacs en papier payants
L'interdiction entrera en vigueur le 1er mars 2020 et concernera la majorité des sacs plastiques. Quelques exceptions sont néanmoins maintenues comme les sacs contenant des produits à emporter, les emballages cadeaux ou les sacs vendus en lot. Les sacs en papier, eux, continueront d'exister mais seront vendus à un prix de cinq centimes de dollar dont une partie reviendra au Fonds de Protection de l'Environnement de l'État.

Selon le Programme pour l'Environnement des Nations Unies, 127 pays auraient adopté des législations de régulations, d'interdictions ou de taxations sur les sacs plastiques. Il est temps car, selon ce même programme, aujourd'hui plus d'un tiers des poissons contiennent du plastique tandis que 80 % de l'eau que dispensent les robinets dans le monde contient ce même plastique sous forme de microparticules.

Pas hygiéniques, les tote bags?
Pourtant, la loi adoptée ce week-end fait déjà l'objet de nombreuses critiques aux États-Unis. Les entreprises mettent en avant les pertes d'emplois qui pourraient résulter de l'arrêt de la production de sacs, des coûts engendrés par la nécessité pour les magasins de proposer des alternatives aux sacs plastiques et même des impacts néfastes que les tote bags en tissus pourraient avoir sur la santé des consommateurs en transportant de potentiels germes.

C'est donc un combat de longue haleine qui se mène aujourd'hui aux États-Unis dont les villes, avant même les États, se sont emparées. Pionnières, elles prennent la décision, les unes après les autres, d'interdire les sacs plastiques, plaçant les citoyens sur le devant de la scène.