Plein écran
© getty

Nos animaux nous aiment-ils vraiment?

Les exemples de relations idéales voire "passionnelles" entre humains et animaux alimentent chaque jour les réseaux sociaux mais peut-on réellement évoquer le sentiment d'amour quand il émane d'un animal domestique?

La tendance du maître à analyser le comportement de son fidèle compagnon et d'en tirer des conclusions généralement tout à son honneur s'avère bien souvent inévitable. Une réaction finalement très "humaine". Mais selon les chercheurs spécialisés dans le domaine, il convient d'éviter la "surinterprétation", relate Le Monde dans un article consacré

Selon certains, du moins, car le sujet divise la communauté scientifique.

"Émotions" ou "sentiments"
Ainsi, Aline Bertin, spécialiste du comportement des oiseaux à l'INRA, préfère parler d'émotions plutôt que de sentiments car l'attitude de l'animal s'apparente davantage, selon elle, à un état provisoire, un "instant", plutôt qu'un état de fond. Elle représente un camp de la science qui privilégie la notion d'attachement chez l'animal, pas l'amour en tant que tel. 

Mais selon la psychologue Véronique Servais, professeur d'anthropologie de la communication à Liège, il faudrait désormais "franchir le pas" et parler du ressenti de l'animal. 

Hormone de l'affection
Car une expérience menée au Japon, par des chercheurs de l'université d'Azabu, a démontré en 2015 que les chiens et les chats secrétaient de l'ocytocine, surnommée "hormone de l'affection et de la confiance", comme les êtres humains. Ce taux d'ocytocine varie en fonction de l'affection que l'animal reçoit de son maître. 

Chiens vs chats
Constat étonnant, il est plus élevé chez le chien sollicité que chez le chat. "De quoi confirmer toutes les thèses sur le désintérêt des chats pour notre espèce", conclut l'article du Monde en préambule du Monde Festival organisé à Paris du 5 au 7 octobre et donc le thème sera cette année... l'amour. Évidemment.

Plein écran
© thinkstock