Nouvel effet du coronavirus sur la nature: la vue inédite sur l’Everest depuis Katmandou

Après les eaux bleu lagon des canaux de Venise et la baisse de la pollution sur Bruxelles, voilà qu'un nouvel effet positif du coronavirus se fait sentir. Ou plutôt voir, car c’est de vue imprenable dont il est question désormais à Katmandou, qui a retrouvé son sublime panorama sur la chaîne de l’Everest. 

Ils ne l’avaient plus aperçu depuis des années, mais “grâce” au Covid-19 ou plutôt au confinement et à la baisse du trafic qui en découle, les habitants de la région de Katmandou voient à nouveau la belle chaîne de montagnes de l’Everest à l’horizon. Des images sublimes qui ont fait le bonheur des photographes et ont été relayées par les médias. 

Le relief de l’Everest se décroche à nouveau à l’horizon de la capitale du Népal, une vue que de nombreux jeunes ou nouveaux habitants découvrent parfois pour la première fois après des années sous une épaisse couche de pollution qui faisait écran et brisait la vue. Le lockdown a purifié l’air au-dessus du Népal et le nord de l’Inde, se réjouit le Nepali Times en relayant les images époustouflantes d'un photographe local. 

Mais ce n’est pas le premier événement du genre depuis la crise sanitaire, relaie le Huffington Post: les sommets enneigés de l’Himalaya étaient déjà redevenus visibles depuis Saharanpur, dans l’Uttar Pradesh, il y a quelques semaines. 

La chute de la pollution s’était aussi déjà marquée à New Delhi, qui n’est autre que la ville la plus polluée du monde, après plusieurs semaines de ralentissement radical du trafic et de l’industrie. La problématique de la pollution est dramatique en Inde, où trop peu de mesures sont prises pour la contenir. Selon plusieurs observateurs, le pays se focalise sur son développement économique uniquement, sans se soucier des effets dévastateurs sur l’environnement. Il y a pourtant de quoi faire pour limiter les conséquences pour la qualité de l’air respiré par les centaines de millions d'habitants, notamment en réduisant le chauffage au charbon et les sources de particules fines et gaz polluants en centre-ville. Mas cela implique une totale remise en question du fonctionnement du pays et une volonté politique jusqu’ici absente. 

Depuis des années, l'Everest n'était entièrement visible qu'à distance proche de la chaîne de montagnes (archives datant de janvier 2020)
Plein écran
Depuis des années, l'Everest n'était entièrement visible qu'à distance proche de la chaîne de montagnes (archives datant de janvier 2020) © REUTERS
  1. Carole Baskin gagne son procès: le zoo de Joe Exotic tombe sous sa coupe

    Carole Baskin gagne son procès: le zoo de Joe Exotic tombe sous sa coupe

    L'information passionnera tous les fans de la mini-série documentaire de Netflix “Tiger King” (“Au Royaume des Fauves” en version française): Carole Baskin vient de remporter une bataille judiciaire capitale face à son rival historique, “Joe Exotic”, dont elle voulait prendre le contrôle de la réserve de félins. Le tribunal a enfin rendu son verdict dans ce dossier épineux où les lignes entre le marché juteux de la traite et de la défense des animaux sauvages aux États-Unis étaient décidément floues. Carole Baskin, adversaire farouche et victime de Joe Exotic, le détenteur loufoque du parc, a obtenu gain de cause.
  2. Le Pérou met les points sur les i: “Le chaton Lee a toujours été le bienvenu ici”

    Le Pérou met les points sur les i: “Le chaton Lee a toujours été le bienvenu ici”

    Le chef de la SENASA, l’homologue péruvien de l’AFSCA belge, a tenu à écarter un malentendu avec la Belgique: le chat Lee, qui risque l’euthanasie en raison du risque qu'il n’importe la rage en Belgique, resterait le bienvenu au Pérou et n’y aurait jamais été refusé par les autorités sanitaires. En effet, le chat a reçu les vaccins nécessaires et ne présente pas de danger aux yeux des instances péruviennes. Mais Hélène Bonte, porte-parole de l’AFSCA, estime ces nouveaux propos insuffisants: “Tant que le gouvernement péruvien ne nous aura pas officiellement communiqué son point de vue quant à l’importation illégale de ce chat, notre position ne changera pas”, balaie-t-elle.
  3. Des restrictions dans deux communes wallonnes, mais la distribution d'eau quasi normale

    Des restricti­ons dans deux communes wallonnes, mais la distributi­on d'eau quasi normale

    La distribution publique de l'eau se déroule quasi normalement sur tout le territoire wallon, malgré les très faibles précipitations de ces dernières semaines et une hausse générale de la consommation à la suite du confinement et du beau temps. Les communes de Gouvy et de Rochefort ont toutefois déjà dû prendre des arrêtés de police imposant des mesures de restriction de l'usage de l'eau pour garantir un approvisionnement suffisant à moyen terme, indique lundi le Centre régional de crise.