Plein écran
Philippe Lamberts © photo_news

Philippe Lamberts secrètement fiché par Monsanto

glyphosateLe nom du chef de groupe des Verts/ALE au Parlement européen, l'eurodéputé belge Philippe Lamberts, apparaît dans un listing de quelque 200 personnalités que le groupe américain Monsanto aurait secrètement fichés en France en fonction de leur positionnement sur les pesticides, notamment le glyphosate.

Plein écran
© epa

M. Lamberts en a été averti par le quotidien Le Monde qui, avec la chaîne France 2, révèle l'existence de ce fichage, a appris vendredi l'agence Belga auprès de l'intéressé. "Je vais consulter un avocat pour évaluer l'attitude à adopter, en fonction de la législation en Belgique", a-t-il commenté, dans une première réaction.

"Plutôt un honneur"
Identifié dans le fichier parmi les plus opposés aux pesticides (1 sur une échelle de 5 pour son "niveau de soutien à Monsanto"), la tête de liste Ecolo à l'élection au Parlement européen y voit ironiquement "plutôt un honneur". Sur une échelle de crédibilité de 1 à 5, le fichier l'évalue à 3, "ce qui est normal puisque ce ne sont pas a priori les dossiers que je suis" en tant que spécialiste au sein du groupe des Verts/ALE, a-t-il ajouté.

Estampillé français par erreur
Contacté dans la foulée, le journaliste du Monde Stéphane Foucart, qui apparaît lui aussi dans ce fichier de 2016, a indiqué à Belga qu'aucun autre Belge ne figurait sur cette liste, où M. Lamberts semble avoir été estampillé français par erreur, sans doute en raison de sa forte présence médiatique dans le débat sur les pesticides outre-Quiévrain.

Listing plus large?
La liste de 200 noms pourrait en réalité n'être que le volet français d'un listing plus large de journalistes, politiques et scientifiques intervenant dans ce débat, estime le journaliste français. Stéphane Foucart a déjà porté plainte contre X auprès du parquet de Paris, notamment pour "mise en œuvre de traitements de données à caractère personnel illicite".

Fuite
Le fichier en question provient d'une fuite d'un cabinet de lobbying et de relations publiques, Fleishman-Hillard, mandaté par Monsanto pour l'assister dans sa défense du glyphosate, le principe actif de son herbicide vedette "Roundup", controversé parce que potentiellement cancérigène.

Sollicités par Le Monde, Fleishman-Hillard et Bayer -désormais propriétaire de Monsanto- ont répondu ne pas être en mesure de commenter ces informations car ils ne pourraient identifier concrètement le document, et disent n'avoir connaissance d'"aucun agissement non conforme qui serait le fait de nos collaborateurs".

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.